Secteur public: un autre membre du front commun entérine l’entente de principe

MONTRÉAL – Une quatrième organisation syndicale membre du front commun vient d’annoncer qu’elle a à son tour entériné l’entente de principe qui était intervenue avec Québec quant au renouvellement des conventions collective du secteur public.

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) représente 32 000 membres dans les services de santé et les services sociaux, comme des physiothérapeutes, travailleurs sociaux, technologues en imagerie médicale et autres.

L’APTS faisait partie du front commun représentant 420 000 employés de l’État, tout comme la CSN, la FTQ, la CSQ et le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec.

Au cours d’une entrevue avec La Presse Canadienne mercredi, la présidente de l’APTS, Carolle Dubé, s’est montrée heureuse et soulagée de pouvoir annoncer que l’entente de principe conclue à la mi-décembre avec Québec avait finalement été entérinée à 75 pour cent par ses membres.

«On était dans un contexte de négociation qui était très difficile avec le gouvernement, où c’était teinté de leur objectif financier qui était majeur pour eux — donc une position très ferme de départ sur les augmentations salariales, qui n’était vraiment pas élevée. On a réussi à les faire bouger à ce niveau-là», s’est réjouie Mme Dubé.

Elle énumère aussi des gains au plan normatif, particulièrement dans un contexte de réforme du réseau de la santé. «On a été capable — ce qui était très important aussi — particulièrement dans le réseau de la santé, avec toute la réforme des établissements, de convenir de règles pour protéger la mobilité du personnel», a ajouté Mme Dubé.

L’annonce officielle du résultat des votes des assemblées générales a été retardée de quelques jours, parce qu’elle était liée à une entente particulière touchant les technologues spécialisés en radiologie — un dossier qui vient tout juste d’être réglé, a précisé Mme Dubé.

Il ne reste plus maintenant qu’à obtenir le résultat des votes au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, ce qui devrait être fait à la fin du mois.

Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2015, soit depuis bientôt un an.

L’entente de principe conclue avec le front commun intersyndical prévoit le versement d’un montant forfaitaire de 500 $ équivalant à environ 1 pour cent en 2015, puis une augmentation de 1,5 pour cent en 2016, de 1,75 pour cent en 2017 et de 2 pour cent en 2018.

Pour la dernière année de la convention collective, Québec doit verser un autre montant forfaitaire d’environ 250 $, soit environ 0,5 pour cent, auquel il faut ajouter en moyenne 2,4 pour cent pour les paiements de relativité salariale.