Selon le PCC, le PLC utilise la pénurie d’interprètes pour ne pas rendre des comptes

OTTAWA — À Ottawa, les conservateurs reprochent aux libéraux d’utiliser la pénurie de traducteurs causée par la pandémie pour empêcher les comités de la Chambre des communes de se réunir lorsque ces réunions soulèvent des problèmes qui gênent le gouvernement.

Le whip conservateur Blake Richards a fait référence à une réunion du comité de la santé vendredi dernier, qui a été brusquement interrompue par le président du comité, le libéral Ron McKinnon, qui a annoncé que le comité ne disposerait d’aucun personnel des Communes, y compris d’interprètes, après 16 h 30.

À ce moment, les membres libéraux du comité avaient fait de l’obstruction systématique contre les tentatives de l’opposition d’adopter une motion exigeant la divulgation des contrats que le gouvernement a signés avec les sociétés pharmaceutiques pour les vaccins contre la COVID-19.

Blake Richards a indiqué que d’autres comités ont été suspendus de la même manière à des moments cruciaux.

Et il reproche au gouvernement d’avoir délibérément ignoré les avertissements urgents du bureau de traduction des Communes selon lesquels les séances virtuelles de la chambre et de ses comités ont provoqué une forte augmentation du nombre d’interprètes prenant des congés de maladie pour des blessures au travail, y compris des chocs acoustiques aigus, des acouphènes, des maux de tête et des nausées.

Cependant, le président de la Chambre des communes Anthony Rota affirme qu’il est de sa responsabilité de s’assurer que des ressources adéquates sont disponibles et il demande au personnel des Communes de travailler avec les whips des partis pour élaborer un protocole afin de mieux s’assurer d’avoir les effectifs en place.

«La question qui se pose maintenant à la Chambre est de savoir si, dans le contexte de la pandémie, certaines situations, bien que justifiées, finiront par mettre à rude épreuve l’approche adoptée ces derniers mois et les ressources dont nous disposons», a déclaré Anthony Rota aux Communes, vendredi.

«Malgré les meilleures intentions, le dévouement exceptionnel des personnes impliquées et le désir clairement exprimé de répondre aux attentes des membres, les ressources ne sont pas illimitées.»

Mais Anthony Rota a déclaré qu’il appartenait également à tous les partis de travailler plus étroitement avec l’administration des Communes pour s’assurer que les réunions de comités ne soient pas annulées à l’avenir faute d’interprètes ou d’autres membres du personnel des Communes.

«La nouvelle réalité à laquelle nous sommes confrontés nous oblige à être particulièrement vigilants, à communiquer et à fournir des mises à jour en temps opportun et à assurer une coordination étroite avec le personnel requis pour chaque réunion du comité.»

Anthony Rota répondait à une question de privilège soulevée plus tôt dans la semaine par Blake Richards, qui jetait carrément le blâme pour la situation sur le gouvernement libéral.

Il a déclaré que la pandémie avait exacerbé une pénurie d’interprètes accrédités et que le gouvernement avait été averti de nombreuses fois que les blessures causées par une mauvaise qualité audio lors de réunions virtuelles conduisaient à une situation critique.

«La preuve… est que nous sommes à un point de rupture et que nous nous dirigeons vers un échec critique en ce qui concerne la capacité de mener des travaux parlementaires», a soutenu Blake Richards.

«Pourtant, le gouvernement n’a rien fait. Au lieu de cela, il s’assied, croise les bras et se réconforte dans le fait que le Parlement ne peut pas fonctionner pleinement et demander des comptes au gouvernement.»

Il a soutenu que plusieurs réunions de comités, y compris des finances et le comité spécial sur les relations Canada-Chine, ont également été interrompues en raison d’un manque d’interprètes. Des réunions qui, selon le député conservateur, auraient mis les libéraux «mal à l’aise».

La réunion du comité de la santé qui a motivé l’accusation de Blake Richards a repris vendredi, une semaine après sa dernière interruption. Le comité a adopté la motion demandant la divulgation des contrats de vaccination.

Laisser un commentaire