Services de chauffeur: la commissaire à l’éthique exonère la ministre Philpott

OTTAWA – La commissaire à l’éthique a blanchi la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, qui avait retenu les services d’un chauffeur auprès d’une entreprise appartenant à un homme qui avait fait du bénévolat pendant sa campagne électorale.

Selon la commissaire Mary Dawson, rien ne prouve que Mme Philpott a choisi cette firme de Toronto parce que son dirigeant était un ami, un membre du Parti libéral du Canada ou un bénévole de campagne. Selon la commissaire, la ministre a choisi cette entreprise simplement parce que c’était la seule qu’elle connaissait à ce moment-là.

Dans son rapport publié mercredi, Mme Dawson conclut aussi que les tarifs exigés par l’entreprise ne différaient pas beaucoup de ceux du marché torontois.

La ministre Philpott a été la cible de l’opposition, l’été dernier, lorsqu’on a appris qu’elle avait facturé aux contribuables 1700 $ de services de chauffeur pour une seule journée, et plus de 1900 $ un autre jour, pour des déplacements de fonction. Devant le tollé, elle a annoncé en août qu’elle rembourserait 3700 $ en frais de déplacement «excessifs».

Dans son témoignage à la commissaire Dawson, la ministre Philpott a expliqué qu’elle ne s’occupait pas vraiment des détails logistiques entourant ses déplacements, qui sont plutôt confiés à son personnel politique. Elle a soutenu avoir opté pour cette entreprise après son élection parce que le dirigeant offrait un service «efficace et fiable», et parce qu’il était «discret et peu loquace». La ministre a aussi indiqué qu’elle se sentait en sécurité dans ce véhicule, a rappelé la commissaire Dawson.

Dans un communiqué, la ministre Philpott s’est réjouie que l’affaire soit maintenant close.