«Seuls les animaux peuvent vivre ici»: des victimes de Dorian s’impatientent

ABACO, Bahamas — Transportant quelques biens personnels dans des sacs fourre-tout et des paniers d’épicerie, des centaines de victimes désespérées de Dorian se sont rassemblées vendredi au port de Great Abaco, aux Bahamas, dans l’espoir d’être évacués de l’île dévastée par l’ouragan, alors que la frustration monte face à la lenteur des opérations d’évacuation des sinistrés.

«C’est le chaos ici, a déclaré Gee Rolle, un travailleur de la construction âgé de 44 ans qui a attendu avec son épouse un bateau qui pourrait les conduire à Nassau, la capitale. Le gouvernement fait de son mieux, mais en même temps, je ne pense pas qu’ils fassent un travail d’évacuation suffisamment bon. Ce n’est pas vivable pour personne. Seuls les animaux peuvent vivre ici.»

Le ministère de la Santé des Bahamas a indiqué que des hélicoptères et des bateaux étaient en route, mais des responsables ont prévenu que des retards pourraient survenir en raison des graves inondations.

La recherche des victimes et des survivants s’est poursuivie cinq jours après que Dorian eut frappé les Bahamas avec des vents soufflant à 295 km/h qui ont anéanti d’innombrables logements.

Les autorités ont déclaré que la mort de 30 personnes a été confirmée, mais que le bilan va certainement augmenter.

Aux États-Unis, tous les ordres d’évacuation en Caroline du Sud ont été levés avec le retrait des eaux et alors que l’ouragan poursuit sa trajectoire sur la côte Est américaine, ce qui devrait le mener dans le Canada atlantique samedi.

Les plus populaires