Shanghai resserre les restrictions sanitaires malgré la baisse des cas de COVID-19

PÉKIN, Chine — Les autorités de Shanghai ont de nouveau resserré les restrictions sanitaires, au moment où la ville sortait d’un mois de confinement strict en raison d’une éclosion de COVID-19.

Des avis publiés dans plusieurs districts indiquent que les résidants ont reçu l’ordre de rester chez eux et qu’il leur est interdit de recevoir des livraisons non essentielles dans le cadre d’une «période de tranquillité» qui durera au moins jusqu’à mercredi. Les mesures renforcées pourraient être prolongées en fonction des résultats de tests de masse, selon les avis.

On ne sait pas ce qui a provoqué le nouveau resserrement, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans la ville continuant de baisser.

Shanghai a signalé lundi 3947 cas au cours des 24 dernières heures, presque tous asymptomatiques, ainsi que 11 décès. Les autorités ont progressivement levé les règles d’isolement des 25 millions d’habitants de la ville, mais les nouvelles ordonnances semblent revenir aux conditions du début de l’éclosion.

Shanghai a initialement ordonné des tests de masse avec un confinement limité, mais a prolongé les mesures alors que le nombre de cas augmentait. Des milliers d’habitants ont été contraints de se rendre dans des centres de quarantaine centralisés pour avoir obtenu un résultat de test positif ou simplement pour avoir été en contact avec une personne infectée.

Deux habitants de Shanghai contactés via les réseaux sociaux ont déclaré qu’ils n’avaient pas été informés au préalable des nouvelles restrictions, qui, selon eux, pourraient durer jusqu’à une semaine.

«Nous ne sommes pas préparés», a déclaré Zhang Chen, qui travaille en recherche dans une entreprise de technologie. «J’ai fait mes bagages en pensant que ce serait prochainement mon  tour» d’être emmené dans une installation de quarantaine.

«Je ne sais pas ce qui se passera en mai, mais après le confinement, je pense que j’aurai besoin d’une aide psychologique», a déclaré Zhang Chen.

Une professionnelle du marketing du district ouest de Pudong a déclaré que la qualité de vie avait diminué alors même que les frais de subsistance continuaient d’augmenter sous le confinement.

«Chaque fois, ils disent que le confinement sera assoupli après quelques jours, mais il semble qu’il n’y ait pas de fin», a déclaré la femme, qui a demandé à être identifiée uniquement par son nom de famille, Lu, pour éviter les répercussions des autorités qui ont réprimé fortement la dissidence.

«Tous les aspects du travail sont touchés. Je ne sais pas quand il sera temps que le confinement prenne fin», a déclaré Mme Lu.

À Pékin, les autorités ont fermé le plus grand quartier de la ville, les habitants étant invités à rester chez eux et les magasins étant fermés. Pékin a ordonné des tests quotidiens pour tous les résidents, la fermeture des parcs et d’autres lieux de loisirs, tandis que les restaurants sont limités aux plats à emporter uniquement.

Le quartier habituellement animé de Sanlitun, regorgeant de restaurants et de boutiques, était pratiquement désert. Malgré cela, Yang Xiaochang, qui est à la retraite, a déclaré que Pékin semblait être bien mieux préparé à faire face à la flambée que son cousin du sud.

«Même si au début il y avait des achats de panique (…), Pékin ne sera pas comme ça», a déclaré Yang Xiaochang, faisant référence à Shanghai.

Pourtant, les entreprises et les investisseurs craignent que la stratégie «zéro-COVID» du Parti communiste au pouvoir, qui a fermé la plupart des entreprises à Shanghai et dans d’autres centres industriels, ne perturbe le commerce mondial et l’activité dans l’automobile, l’électronique et d’autres industries.

La croissance des exportations chinoises a chuté en avril alors que la demande mondiale s’affaiblissait, ajoutant à la pression sur la deuxième économie mondiale.

Les exportations ont augmenté de 3,7 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 273,6 milliards $ US, en forte baisse par rapport à la croissance de 15,7 % de mars, selon les données des douanes lundi. Reflétant la faiblesse de la demande chinoise, les importations ont augmenté de 0,7 % pour atteindre 222,5 milliards $ US.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.