Sherbrooke: des victimes de l’agresseur présumé Michael Craswell sont recherchées

SHERBROOKE, Qc — L’homme de 41 ans qui a été arrêté récemment à Sherbrooke pour des crimes violents aurait fait plusieurs autres victimes, ce qui a convaincu le Service de police de Sherbrooke (SPS) à leur lancer un appel vendredi pour qu’elles se manifestent. 

Michael Craswell a comparu jeudi en Chambre criminelle au Palais de justice de Sherbrooke sous plusieurs chefs d’accusation, dont séquestration, agression sexuelle armée, avoir proféré des menaces et voies de fait pour deux événements qui seraient survenus au cours du mois à Sherbrooke.   

Le suspect a été arrêté par des policiers du SPS le 16 mars sur la rue King Est, près du pont Aylmer. La police a indiqué après son arrestation qu’il avait résidé à Sherbrooke au cours des dernières semaines, mais que dans le passé, il a aussi été résident de plusieurs autres régions du Québec et d’ailleurs au Canada.   

Puisque plusieurs présumées victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Cette structure permet aux services de police québécois de travailler en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de mettre en commun des ressources policières.  

Michael Craswell a la peau blanche, la tête rasée et les yeux bleus. Il affiche plusieurs tatouages, dont un sous l’oeil droit et un autre à la gorge, plus grand, affichant une toile d’araignée.

Laisser un commentaire