Siège au Conseil de sécurité: Trudeau plaide que le Canada est parti bien tard

Photo : La Presse canadienne

OTTAWA — Justin Trudeau attribue la défaite canadienne de mercredi à l’ONU au départ tardif du Canada dans la course pour obtenir un siège non permanent au Conseil de sécurité.

L’Irlande et la Norvège avaient une avance de quatre ou cinq ans, a expliqué le premier ministre, jeudi. «On a commencé il y a seulement quatre ans et demi et on a rattrapé beaucoup de terrain, mais finalement, on avait trop de retard.»

M. Trudeau a toutefois estimé que cette défaite ne freinera pas l’engagement du Canada dans le monde sur des questions comme les changements climatiques et l’égalité des sexes. «Évidemment, on aurait bien aimé pouvoir continuer de porter notre voix encore plus fortement au Conseil de sécurité, mais on a vu depuis plusieurs années que le Canada avait un impact positif et on va continuer d’y travailler, a-t-il dit.

«C’est certain que ce n’est pas le résultat que j’aurais espéré, mais les partenariats, le travail qu’on a fait, l’engagement qu’on a eu au cours des dernières années vont certainement continuer dans les années à venir.»

La Norvège et l’Irlande avaient en effet annoncé leur candidature pour l’un de ces deux sièges non permanents du groupe «Europe occidentale et autres États» quelques années avant l’élection des libéraux en 2015. Ces deux pays ont obtenu de justesse, mercredi, dès le premier tour de scrutin, le soutien requis des deux tiers des 192 membres votants de l’Assemblée générale des Nations unies, à New York.

M. Trudeau a déclaré qu’il avait appelé les dirigeants de la Norvège et de l’Irlande pour les féliciter et «leur promettre que nous allons continuer à travailler avec eux sur toutes nos valeurs communes sur la scène mondiale».

Le premier ministre a également estimé que cette campagne avait permis au Canada d’approfondir ses relations dans le monde. Il a aussi promis que le Canada resterait engagé alors que le monde fait face à des défis sans précédent pour ses organisations multilatérales, dont l’ONU.

«On va continuer de travailler avec nos partenaires, avec nos nouveaux amis, avec les pays dans le monde pour défendre le multilatéralisme dans un moment de turbulence et d’incertitude à l’échelle mondiale.»

Le «prestige terni du Canada»

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déclaré jeudi que la défaite de mercredi à New York faisait partie d’une tendance plus large de la politique étrangère des libéraux, qui ne donne pas de résultats, selon lui. Il a cité l’impasse sur la livraison par Téhéran des enregistreurs de bord de l’appareil ukrainien abattu en janvier par l’Iran, la détérioration des relations avec la Chine et la poursuite des ventes d’armes à l’Arabie saoudite.

L’échec du gouvernement libéral à l’ONU «est révélateur du prestige terni du Canada à l’échelle internationale», a soutenu jeudi M. Blanchet. «Ceux qui disent que le Québec ferait piètre figure s’il fallait qu’il fasse ses propres relations internationales en prennent un peu pour leur rhume sous le régime actuel.»

La défaite du Canada mercredi à l’ONU fait suite à une autre tentative infructueuse, menée en 2010 par le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Au lendemain de son élection en octobre 2015, M. Trudeau avait lancé «le Canada est de retour» et il avait amorcé la campagne pour un siège non permanent au Conseil de sécurité.

Au cours des derniers mois, cette campagne s’est concentrée sur les efforts déployés par le Canada face à la pandémie de COVID-19. M. Trudeau a ainsi convoqué des alliés pour renforcer la sécurité alimentaire dans les pays en développement, le maintien de chaînes d’approvisionnement vitales ouvertes à travers le monde et l’élaboration de nouveaux modèles de financement pour aider les pays en difficulté dont les économies ont été durement frappées par la pandémie.

Le Canada avait besoin de 128 voix à l’ONU — soit les deux tiers des membres votants de l’Assemblée générale. La Norvège a franchi le seuil au premier tour mercredi avec 130 voix et l’Irlande avec 128; le Canada a récolté 108 voix.

En 2010, l’Allemagne avait été élue dès le premier tour. À l’issue du deuxième tour pour l’autre siège, le Portugal avait récolté 113 voix, contre seulement 78 pour le Canada. Ottawa avait alors décidé de concéder la victoire au Portugal avant même le troisième tour.

Les plus populaires