Devant les délégués du SCFP, Jagmeet Singh ignore le Bloc québécois

MONTRÉAL — Présent au congrès à Montréal du plus grand syndicat du Canada, le SCFP, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a complètement évité le Bloc québécois dans son allocution.

Le chef du Nouveau Parti démocratique a pourtant longuement attaqué Justin Trudeau, puis aussi les conservateurs d’Andrew Scheer et même les verts d’Elizabeth May. Mais pas un seul mot sur le Bloc québécois dans sa longue allocution, mercredi, devant les quelque 2300 congressistes du Syndicat canadien de la fonction publique réunis à Montréal.

Au Québec, le Bloc est pourtant deuxième dans les sondages, et même premier chez les francophones, d’après les plus récents sondages. Et le Bloc navigue dans les mêmes eaux que le NPD, notamment celles des syndicats. Encore récemment, le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, souhaitait à voix haute avoir l’appui des syndicats du Québec.

Interrogé au sujet de ce silence sur le Bloc québécois, en conférence de presse après son allocution, M. Singh n’a même pas prononcé le nom du Bloc encore. «Le contraste est clair pour quelqu’un qui veut avoir un partenaire qui peut travailler avec les progressistes du Canada et tenir la main des progressistes du Québec et, ensemble, travailler pour avoir un avenir plus brillant, c’est nous les néo-démocrates», a-t-il répondu.

M. Singh a été reçu comme une véritable vedette au congrès du SCFP, mais la traditionnelle proposition d’appui au NPD n’a pas encore été soumise aux 2300 délégués; elle devrait l’être plus tard cette semaine. Lors du dernier congrès du SCFP, le NPD avait reçu l’appui du syndicat — qui s’appelle CUPE au Canada anglais.

Mercredi, M. Singh a été étreint par le président national du SCFP, Mark Hancock, qui l’a présenté aux délégués. L’ambiance était à la fête, les deux ayant sauté et dansé au rythme de la musique, avant le début de l’allocution de M. Singh devant les délégués. Il a été plusieurs fois ovationné et, après son allocution, plusieurs délégués l’ont interpellé pour le photographier.

Pas de soutien aux conservateurs

Par ailleurs, M. Singh a assuré qu’il ne soutiendrait d’aucune façon un éventuel gouvernement conservateur minoritaire. 

«Si les électeurs canadiens élisent un gouvernement minoritaire, je veux mettre une chose au clair avec vous: contrairement à madame (Elizabeth) May (chef du Parti vert), qui est prête à soutenir les conservateurs, je vous assure que je ne soutiendrai pas un gouvernement conservateur, d’aucune façon», s’est-il exclamé, avant d’être interrompu par les applaudissements. 

Le SCFP vient de passer la barre des 700 000 membres au Canada. Au Québec, le SCFP est affilié à la FTQ, qui est aussi la plus grande centrale syndicale du Québec, avec 600 000 membres. La FTQ n’appuie aucun parti politique pour la présente élection fédérale. Elle a toutefois préparé un guide pour permettre à ceux qui le désirent d’analyser les engagements des partis, en fonction de ses sujets d’intérêt.

Un autre grand syndicat pancanadien, Unifor, a lancé une campagne pour combattre les conservateurs d’Andrew Scheer, mais sans appuyer nommément un parti politique.

Les plus populaires