«Sit-in nocturne» pour les travailleurs essentiels qui demandent l’asile

MONTRÉAL — Des manifestants qui réclament qu’Ottawa et Québec accordent la résidence permanente aux demandeurs d’asile qui occupent des emplois décrétés comme étant essentiels durant la pandémie ont entamé vendredi soir un «sit-in nocturne».

L’événement organisé par l’organisme à but non lucratif Debout pour la dignité se déroule devant le bureau de circonscription du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à Montréal.

«L’extrême précarisation de nos anges gardiens demandeurs d’asile ne reflète pas les valeurs profondes de notre société», a écrit le président de l’organisme, Dr Wilner Cayo, dans un communiqué.

M. Cayo estime que M. Trudeau et le premier ministre du Québec, François Legault, doivent poser rapidement «des gestes concrets» pour corriger la situation et «respecter leurs promesses» d’accorder la résidence permanente à ces travailleurs.

Les organisateurs prévoient que la manifestation se poursuive jusqu’à 13 h samedi.

À la fin mai, M. Legault, avait annoncé avoir demandé au ministre de l’Immigration de l’époque, Simon Jolin-Barrette, de «regarder les cas un par un» de ceux qui ont travaillé dans le domaine de la santé et voir s’il serait possible de qualifier ces «anges gardiens» comme immigrants. M. Trudeau, avait pour sa part laissé savoir eu début juin que le gouvernement canadien était déjà à l’oeuvre en ce sens.

Laisser un commentaire
Les plus populaires