COVID:le vaccin bivalent disponible jeudi; la vaccination contre l’influenza devancée

MONTRÉAL — Le nouveau vaccin bivalent contre la COVID-19, plus adapté au variant Omicron, sera disponible à compter de jeudi midi au Québec ou vendredi dans les régions plus éloignées.

Le directeur national de santé publique, le docteur Luc Boileau, en a fait l’annonce mercredi, au cours d’une conférence de presse à Montréal aux côtés de la pédiatre et microbiologiste-infectiologue Caroline Quach-Thanh, du Comité sur l’immunisation du Québec.

Le vaccin bivalent sera offert à tous, sauf aux moins de 30 ans, pour qui le vaccin de Pfizer est préférable. Toutefois, si une personne de moins de 30 ans tient à obtenir le vaccin bivalent et exprime un consentement éclairé, elle pourra le recevoir, a précisé la docteure Quach-Thanh.

Le docteur Boileau a invité les gens à se prévaloir dès maintenant du nouveau vaccin et à ne pas attendre que le nombre de cas se remette à monter cet automne.

«Sachons-le: quand on va arriver dans une vague et que ça va se mettre à monter… Vous l’avez tous vu; on l’a tous expérimenté: quand ça monte, ça monte et ça peut monter vite. Et courir après la vaccination à ce moment-là, c’est un peu à risque, dans le sens qu’on se fait vacciner, puis finalement, le virus, il vient nous chercher juste avant», a-t-il illustré.

Inutilisé et isolement

On ignore encore ce qu’il adviendra des doses inutilisées de l’actuel vaccin contre la COVID-19 — si elles pourront être offertes à des pays moins bien nantis, par exemple. Le docteur Boileau devrait avoir la réponse bientôt.

De même, le Québec n’imite pas l’Ontario, qui a réduit la période d’isolement pour les personnes atteintes de la COVID-19. Le Québec conserve la consigne de cinq jours d’isolement, puis le port du masque et la distanciation pour les jours suivants. 

«Pour l’instant, nous ne voyons pas l’utilité de retirer ça. Entendons-le bien: le virus, l’Ontario n’a pas décidé qu’il était moins contagieux; ça ne marche pas comme ça! Le virus, on le sait qu’il est contagieux pendant 10 jours. Nous, on recommandait d’être pendant au moins cinq jours le plus isolé possible pour éviter de donner cette contagion-là aux autres», a résumé le docteur Boileau.

La consigne pourrait toutefois changer dans les deux ou trois prochaines semaines, selon l’évolution de la situation.

Influenza et personnel absent

Par ailleurs, le docteur Boileau a aussi fait savoir que la campagne annuelle de vaccination contre l’influenza sera devancée de novembre à octobre, puisque les cas semblent se présenter de façon plus précoce dans les pays de l’hémisphère sud. 

Les deux vaccins pourront être offerts en même temps, a-t-il précisé.

De même, comme les cas de COVID-19 continuent à baisser de façon générale au Québec, moins d’employés du réseau de la santé en sont atteints.

Le docteur Boileau a précisé qu’à l’heure actuelle, 3400 travailleurs du réseau étaient en isolement ou malades de la COVID-19. Au début de l’année, plus de 10 000 travailleurs du réseau étaient absents pour cette raison.

Il s’attend à ce que cette statistique contribue à alléger la pression dans les établissements de santé qui ont été surchargés cet été.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.