Six grandes questions avant le débat des candidats démocrates de mardi soir

WESTERVILLE, Ohio — Un mois seulement s’est écoulé depuis le dernier débat des candidats à l’investiture démocrate, mais la course en vue de l’élection présidentielle de 2020 a bien changé depuis.

Le monde politique américain a maintenant les yeux rivés sur une enquête de destitution qui ne cesse de prendre de l’ampleur, l’un des principaux candidats démocrates se remet d’une crise cardiaque et Joe Biden n’est plus le seul candidat en tête de la course. Le prochain chapitre s’écrira à la télévision nationale mardi soir sur le champ de bataille de l’Ohio, où 12 candidats se partageront la scène moins de quatre mois avant les premiers votes des primaires de 2020.

Voici six grandes questions qui pourraient marquer le débat sur les ondes de CNN.

La crise cardiaque de Bernie Sanders peut-elle devenir un atout politique?

Moins de deux semaines après avoir été conduit d’urgence à l’hôpital, Bernie Sanders, âgé de 78 ans, doit convaincre les électeurs qu’il est assez fort physiquement pour survivre à la campagne intense qui s’annonce et, plus important encore, qu’il a la santé nécessaire pour assumer l’un des postes les plus exigeants au monde. Ses partisans croient que le sénateur du Vermont peut tirer parti de sa situation en recentrant la discussion sur les soins de santé. D’autres espèrent qu’il pourra utiliser cette expérience pour s’ouvrir aux électeurs de façon plus personnelle. La santé est une question délicate, mais M. Sanders était conscient que son âge représentait un problème politique avant même cet épisode.

Comment Elizabeth Warren gérera-t-elle son aura de favorite?

Elizabeth Warren montera sur scène en tant que leader de la course pour la première fois, certains sondages la donnant pratiquement à égalité avec M. Biden en tête du peloton. Elle pourrait être attaquée plus intensément par ses adversaires que lors des trois premiers débats et aura l’occasion de leur tenir tête, ce qui pourrait améliorer sa stature dans la course. Ce n’est pas une mince tâche. D’un côté, on lui reproche d’être trop progressiste. De l’autre, on l’accuse d’être capitaliste. Elle est également confrontée à de nouvelles questions sur sa biographie qui sont au cœur de toute candidature réussie: l’authenticité.

Comment Joe Biden se défendra-t-il?

L’ancien vice-président Joe Biden montera quant à lui sur scène déjà un peu ébranlé, après avoir vu Mme Warren lui ravir le titre de favori de la course. À un moment crucial, il doit maintenant mettre en œuvre une stratégie efficace pour neutraliser les allégations sans fondement alimentées par le président Donald Trump au sujet des relations commerciales de son fils à l’étranger. S’il échoue, il risque d’être hanté par la controverse lors de la campagne électorale s’il est choisi comme candidat. Son tempérament pourrait lui nuire. Le démocrate de 76 ans est connu pour son attitude défensive lorsqu’il est contrarié. Il pourrait recevoir l’aide de certains rivaux démocrates comme Julián Castro et Beto O’Rourke, qui ont récemment critiqué les tactiques de M. Trump contre M. Biden. Mais d’autres candidats plus imprévisibles pourraient poser des questions sur le travail de Hunter Biden pour une entreprise énergétique ukrainienne alors que son père était vice-président.

Qu’en est-il de la politique étrangère?

La politique étrangère a été laissée pour compte lors des débats précédents, ce qui a permis à des candidats peu expérimentés sur la scène internationale de passer sous silence un sujet extrêmement important. Les récents événements au Moyen-Orient forceront probablement les candidats à se pencher sur la question mardi soir. Un manque d’expérience en politique étrangère a nui à la première campagne présidentielle de M. Sanders, tandis que Mme Warren consacre une grande partie de son programme à des questions nationales. L’équipe de M. Biden considère que la politique étrangère est l’une de ses forces compte tenu de sa vaste expérience sur la scène internationale, mais il est pourrait également pâtir de certaines erreurs à ce chapitre.

Douze candidats, est-ce trop?

Avec seulement dix participants lors des débats précédents, les modérateurs ont eu du mal à favoriser des échanges constructifs pour permettre aux électeurs d’évaluer les différences entre les candidats. Deux candidats de plus aggraveront-ils la situation? Certains candidats le pensent certainement. Jusqu’à présent, les scènes encombrées ont surtout engendré des débats stériles lors desquels peu de candidats ont eu le temps de s’aider ou de se nuire de manière significative. Puisque le débat de mardi soir pourrait être la dernière chance de certains candidats qui traînent de l’arrière, en raison de seuils de qualification plus stricts, ceux qui se trouvent à la fin du peloton doivent trouver assez d’oxygène pour garder la tête hors de l’eau.

La procédure de destitution fascine Washington. Quelle place prendra-t-elle dans le débat?

Tous les candidats présents sur scène appuient l’enquête de destitution contre M. Trump, un événement qui a captivé une grande partie du monde politique américain au cours des dernières semaines. Mais certains démocrates l’ont appuyée plus à contrecoeur que d’autres. On ne sait pas trop comment la procédure de destitution pourrait façonner le débat de mardi soir, mais ce que les démocrates diront ou ne diront pas à propos de la destitution d’un président en exercice moins d’un an avant les élections pourrait revenir hanter le parti si les démocrates finissent par reprendre la Maison-Blanche.

Les plus populaires