Soins à domicile: la maladie mentale est la principale raison

MONTRÉAL — Alors que les soins à domicile sont de plus en plus envisagés pour les personnes âgées, il appert qu’actuellement, c’est la maladie mentale qui constitue la principale raison pour laquelle les Canadiens en reçoivent à la maison.

Selon de nouvelles données de Statistique Canada de 2018, près de 1 bénéficiaire de soins sur 5 (18 %) a mentionné que la maladie mentale était le principal problème de santé pour lequel il obtenait de l’aide. Au Québec, cette proportion est de 14 %.

Les autres raisons les plus courantes de recevoir des soins étaient les problèmes liés au vieillissement (9 %), les maladies cardiovasculaires (7 %) et toutes les autres maladies neurologiques (7 %), à l’exception des maladies mentales, de la maladie d’Alzheimer et de la démence.

En 2018, environ 3 millions de personnes au Canada ont reçu des soins à domicile, sous une forme ou une autre, note l’organisme de statistiques fédéral.

«Le fait de recevoir des soins à domicile est souvent considéré comme une option souhaitable pour les personnes nécessitant des soins chroniques, palliatifs ou de réadaptation, car cela leur permet de rester plus longtemps à la maison et de conserver un sentiment d’autonomie», est-il écrit dans l’analyse.

Sans surprise, alors que la population vieillit, l’analyse révèle que la plupart des bénéficiaires de ces soins, soit environ 40 %, sont âgés de 65 ans et plus.

Dans ce groupe d’âge, la raison la plus souvent mentionnée pour recevoir de l’aide à la maison découle des difficultés liées au vieillissement (21 %), bien que les problèmes de santé mentale soient, dans l’ensemble, la raison la plus souvent mentionnée.

Les soins peuvent provenir de diverses sources et comprennent ceux non rémunérés fournis par des membres de la famille ou des amis, ainsi que les soins rémunérés provenant de professionnels, ou encore une combinaison des deux.

La plupart des bénéficiaires de soins (89 %) ont déclaré avoir reçu de l’aide de membres de la famille ou d’amis et la moitié ont aussi obtenu de l’aide de professionnels. Relativement peu de bénéficiaires (11 %) recevaient exclusivement des soins rémunérés fournis par des professionnels.

Outre les soins médicaux (le changement de bandages, la prise de médicaments ou de la tension artérielle, les tests de surveillance cardiaque, le changement de sacs pour perfusion intraveineuse), ont aussi été considérés l’aide pour le transport, la préparation des repas, le ménage et les soins personnels.

Les plus populaires