Sondage Léger: moins du quart des Canadiens voterait par correspondance

OTTAWA — Moins du quart des Canadiens voudrait voter par correspondance si une élection fédérale avait lieu avant cet automne, une option encore moins populaire auprès des électeurs bloquistes et conservateurs. 

Le plus récent sondage de la firme Léger et de l’Association d’études canadiennes révèle que 70 % des répondants seraient prêts se rendre en personne au bureau de vote, alors que 24 % des répondants choisiraient l’option de voter par la poste. 

Christian Bourque, vice-président exécutif et associé chez Léger, croit qu’Élections Canada aurait tout avantage à tenir compte de ces résultats. 

«Ça va prendre une bonne campagne de sensibilisation pour que les gens comprennent jusqu’à quel point c’est sécuritaire, comment ça va être facile et comment ils ont l’intention de faire pour faire en sorte que le vote de tout le monde soit pris en compte», fait valoir M. Bourque. 

Ces résultats du sondage, combinés aux intentions de vote, indiquent que les électeurs bloquistes et conservateurs sont plus enclins à voter en présentiel et à bouder le vote par la poste. 

Ce sont 85 % des répondants qui votent pour le Bloc québécois qui préfèrent le vote en personne et seulement 10 % par la poste. Ceux qui votent pour le Parti conservateur préfèrent le vote en personne à 80 % et le vote par la poste à 19 %. 

En comparaison, parmi les électeurs du Nouveau Parti démocratique, 65 % préfèrent le vote en personne et 35 % veulent voter par correspondance. Les électeurs libéraux se situent dans la moyenne canadienne.

M. Bourque explique cette différence par le fait que les électeurs hors des grands centres, où il y a une moins grande densité de population, ont été moins touchés par la pandémie. 

«Je pense que ces gens-là ont moins peur, si je peux me permettre l’expression, d’aller voter en personne (…) alors que dans les zones plus chaudes, dans les zones rouges, dans les villes, on est moins portés à dire: « Moi, je veux aller voter en personne quand même »», dit-il. 

Les Canadiens sont plus partagés quand vient le temps de lever les restrictions sanitaires pour de bon. 

Douze pour cent des répondants voudraient que cela se fasse quand toutes les personnes de 65 ans et plus auront reçu leurs deux doses de vaccins, 18 % quand la moitié des Canadiens auront reçu leurs deux doses et 14 % voudraient les lever tout de suite.

À l’opposé, 31 % des répondants disent vouloir attendre que tous les Canadiens qui le veulent aient eu leurs deux doses de vaccins et 18 % des répondants veulent attendre au moins six mois après la fin de la campagne de vaccination. 

«Les Canadiens sont quand même divisés en deux, entre l’extrême prudence, d’attendre que tout le monde soit vacciné, et ceux qui disent: « Non, non, on devrait le faire »», M. Bourque. 

Les Canadiens sont également un peu plus optimistes à l’idée de voir l’ensemble de la population vaccinée à la fin septembre avec la campagne de vaccination qui reprend du galop.

Il y a deux semaines, ils étaient 51 % à croire que ce serait le cas. Aujourd’hui, ce pourcentage a augmenté de trois points, à 54 %.

Et parmi les quelques répondants du sondage qui ont reçu au moins une dose de vaccin, 62 % disent «qu’un grand poids a été levé», 50 % disent voir la fin de la crise et 43 % ont «l’impression que (leur) vie commence à revenir à la normale». 

Le sondage a été fait auprès de 1532 Canadiens, dont 406 Québécois. Ce sondage, comme ceux qui l’ont précédé, a été effectué en ligne et, sans un échantillon probabiliste, il est impossible de lui calculer une marge d’erreur.

Laisser un commentaire