Sondage sur l’immobilier au Québec: de nombreux projets sont retardés ou devancés

MONTRÉAL — Un sondage publié mercredi qui a été réalisé il y a près de deux mois constate que face à la frénésie du marché immobilier, 20 % des Québécois ont devancé leur projet d’achat ou de vente d’une propriété au cours de la dernière année et que 28 % l’ont reporté. 

Le sondage de la firme Ad hoc précise que 40 % des répondants ont devancé leur projet immobilier en raison des taux d’intérêt avantageux, 34 % à cause de l’explosion des prix et 33 % pour assouvir un besoin de changement.  

Parmi les 28 % qui ont choisi de reporter leur projet, 73 % ont évoqué les prix trop élevés, 49 % la rapidité à laquelle se vendent les propriétés et 23 % l’inconfort à visiter ou faire visiter durant la pandémie de COVID-19.  

Le sondage mené pour la firme DuProprio révèle aussi que 30 % des répondants ont affirmé que le télétravail avait un impact dans leur prise de décision de vendre ou d’acheter une propriété.   

Par ailleurs, 77 % des Québécois sondés ont acheté ou prévoyaient acheter en banlieue ou en région, contre 28 % qui recherchaient en milieu urbain. Pour 52 % des répondants, la principale raison de s’éloigner de la ville était l’attrait des espaces verts, suivis du besoin de tranquillité, à 51 %, et des prix plus abordables, à 45 %.   

Et 57 % des répondants qui possédaient un appartement, un multiplex ou un condominium souhaitaient acheter une propriété de type unifamiliale, jumelée ou bigénérationnelle.   

Le sondage a été mené sur le web auprès de 600 répondants, du 12 au 18 mars.

Laisser un commentaire