SQDC: la grève des membres du SCFP dure depuis maintenant un an

MONTRÉAL — Cela fait maintenant un an que dure la grève du SCFP dans une vingtaine de succursales de la Société québécoise du cannabis — une situation inhabituelle pour une société d’État.

La grève illimitée de la section locale du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), affilié à la FTQ, avait débuté le 28 mai 2022, après quelques journées de grève sporadiques auparavant.

Maintenant, 24 des 26 succursales dont les travailleurs sont syndiqués auprès du SCFP sont touchées par la grève illimitée. Dans les deux autres, un processus d’arbitrage a été entamé pour définir le contenu de la convention collective.

Malgré une année de grève, les syndiqués sont «toujours mobilisés», a assuré en entrevue jeudi le président du syndicat, David Clément. Mais ils sont «découragés de notre employeur» et «découragés du mépris qu’on nous donne», soutient-il.

L’employeur et le syndicat sont toujours en conciliation.

«Nous sommes actuellement en attente d’une confirmation des prochaines étapes par le directeur de la conciliation du ministère du Travail. La dernière rencontre a eu lieu le 28 avril dernier», a fait savoir la direction de la SQDC.

Le salaire est le principal point en litige, les clauses normatives ayant été réglées. Le SCFP réclame pour ses membres un salaire comparable à celui des employés d’autres sociétés d’État ayant une vocation similaire, comme ceux de la Société des alcools du Québec.

«On se refuse à nous-mêmes de se considérer comme une sous-classe de salariés de l’État», s’est exclamé M. Clément.

Les travailleurs de la SQDC syndiqués au SCFP gagnent 17,12 $ l’heure à l’embauche, selon le salaire de 2021 d’avant la grève. La SQDC a déjà souligné que les travailleurs d’autres succursales, qui ne sont pas en grève, gagnent davantage, puisque leur convention collective a été renouvelée et leur salaire rehaussé.

«On a été amèrement déçu d’entendre le premier ministre dire que pour lui, c’était important que les jeunes pères et les jeunes mères de famille puissent avoir de l’argent pour s’occuper de leurs enfants, alors qu’il laisse pourrir notre négociation, avec des salariés qui ne font même pas 35 000 $ par année», a lancé M. Clément.

La direction de la SQDC a précisé que les employés de 55 autres succursales ne sont pas syndiqués.

Aussi, ceux de 17 autres succursales sont syndiqués auprès de la Fédération des employés des services publics, affiliée à la CSN. Ces derniers se sont entendus avec l’employeur.

La direction affirme que ces autres succursales «fonctionnent normalement partout au Québec».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.