SQDC: rejet à 94 % de l’offre patronale; la grève se poursuit

MONTRÉAL — Après six mois et demi de grève, des syndiqués de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ont rejeté la dernière offre patronale globale dans une proportion de 94 %.

Une grève générale et illimitée touche 24 succursales de la SQDC, dont les travailleurs sont membres d’une section locale du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) affilié à la FTQ. 

La grève du SCFP se poursuit donc. La succursale de Repentigny s’est ajoutée depuis mardi matin, a fait savoir en entrevue David Clément, président du syndicat. Le SCFP représente les syndiqués dans 26 succursales.

«Nous prenons acte des résultats du vote», a commenté la direction de la SQDC.

Selon le syndicat, l’offre patronale globale avait été déposée le 6 décembre, après plus de six mois de grève. M. Clément soutient qu’elle ressemblait à l’offre de juillet, avec quelques ajouts en montants forfaitaires et un contrat en vigueur pendant cinq ans.

La direction de la SQDC a toutefois soutenu qu’en juillet, il ne s’agissait pas vraiment d’une offre, «seulement des discussions qui ont eu lieu à ce moment». L’offre du 6 décembre serait donc «la première offre globale que nous avons présentée à la table de négociations».

«Par respect pour les parties concernées et le processus qui est en cours avec le conciliateur nommé par le ministère du Travail, nous ne commenterons pas l’état des négociations ou la nature de l’offre que nous avons déposée la semaine dernière», a ajouté la direction.

Reste que les membres du SCFP dans 26 succursales n’en ont clairement pas voulu, puisqu’ils l’ont rejetée dans une proportion de 94 %. Et le rejet a même été unanime dans 17 succursales, a relevé M. Clément.

«Nos boss voulaient des preuves irréfutables; les résultats des votes sont sans équivoque; nos membres veulent être traités avec respect. Le comité patronal voulait un vote sur son offre globale, il a été servi», a lancé M. Clément.

Aussi, dans une des succursales syndiquées au SCFP, mais qui n’est pas touchée par la grève, à Neufchâtel, le SCFP a demandé au ministère du Travail de nommer un arbitre afin d’élaborer le contenu de la première convention collective.

Les salaires

L’essentiel du litige porte maintenant sur les salaires, puisque les clauses normatives ont été réglées.

Le SCFP estime que les salaires à la SQDC s’apparentent à ceux du commerce de détail plutôt qu’à ceux d’une société d’État. Les membres du SCFP gagnent 17,12 $ l’heure à l’embauche.

La direction de la SQDC, quant à elle, a fait valoir que «l’ensemble des conseillers de la Société, à l’exception de ceux qui travaillent dans des succursales représentées par le SCFP, bénéficie d’un taux horaire de 19,01 $/h à l’entrée, et ce, depuis le 3 juillet 2022».

Les syndiqués de la Fédération des employés des services publics, affiliée à la CSN,  ont en effet renouvelé leur convention collective. Mais l’offre acceptée par ces syndiqués a été jugée insuffisante par ceux du SCFP, affilié à la FTQ.

Après six mois et demi de grève illimitée, «la balle est dans le camp de la SQDC» après ce dernier rejet de l’offre patronale, croit M. Clément.

La SQDC se dit toujours ouverte à négocier. «Nous demeurons toujours disponibles et prêts à nous asseoir à la table de négociation afin de poursuivre les discussions, dès que le conciliateur convoquera les deux parties à nouveau.» 

La SQDC a souligné que ses succursales demeurent ouvertes malgré la grève. «La SQDC déploie des efforts pour maintenir son service à la clientèle dans ses succursales, incluant celles visées par la grève qui demeurent ouvertes, mais selon des horaires réduits. La clientèle a par ailleurs toujours accès aux achats en ligne.»

La SQDC a noté que de ses 92 succursales, 48 ne sont pas dotées de syndicat.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.