Station lunaire sino-russe bientôt construite, en orbite ou sur la surface de la Lune

PÉKIN, Chine — La Chine et la Russie annoncent conjointement la construction d’une station de recherche lunaire, possiblement sur la surface de la Lune, ce qui marquera un nouveau chapitre de la collaboration spatiale entre les deux pays. 

Dans un communiqué publié mercredi sur le site web de l’Administration nationale spatiale chinoise, il est écrit qu’il est aussi possible que la station soit aménagée en orbite de la Lune, mais les dates possibles de lancement de construction et du fonctionnement n’ont pas été avancées.  

Le communiqué ajoute que la station de recherche scientifique expérimentale pourrait aussi être utilisée par d’autres pays et qu’à long terme, son fonctionnement serait autonome. Elle pourrait notamment être utilisée pour de l’exploration lunaire, de l’observation spatiale à partir de la Lune et pour certaines expériences scientifiques.  

À ses débuts en exploration spatiale, la Chine a largement compté sur la technologie déjà avancée de la Russie, mais elle est parvenue à développer ses propres outils de recherche depuis le premier lancement d’une mission habitée chinoise dans l’espace, en 2003.  

L’Agence spatiale chinoise a aussi collaboré avec plusieurs pays, mais pas avec les États-Unis, car le Congrès américain interdit presque toute entente scientifique entre la Chine et la NASA.  

La Russie a été une participante de premier plan dans le développement et le fonctionnement de la Station spatiale internationale, mais au cours des dernières années, son programme spatial a été éclipsé par les progrès effectués par ceux de la Chine et de l’Inde, notamment.

Laisser un commentaire