Statistique Canada ne serait pas en cause dans la fuite des données d’avril 2020

OTTAWA — Un rapport d’enquête final sur la façon dont le rapport sur les emplois d’avril dernier a été coulé avant sa parution indique que Statistique Canada n’était pas la source de la fuite, ce qui a confirmé les soupçons initiaux des responsables de l’agence voulant que la divulgation non autorisée provienne d’ailleurs.

Le rapport, daté du 5 juin mais rendu public mardi, ne révèle pas comment les détails sur les pertes d’emplois historiques enregistrées en avril se sont retrouvés dans un article de média avant que l’agence ne les publie officiellement.

Mais il indique que 10 entretiens, un examen de 210 courriels et 116 registres téléphoniques ont montré qu’aucun membre du personnel de l’agence n’était impliqué, et qu’aucune erreur technique n’était à blâmer pour la façon dont les conclusions se sont retrouvées dans un article de Bloomberg News avant leur publication, le 8 mai.

Un peu plus de 40 minutes avant que Statistique Canada ne publie officiellement les chiffres sur les emplois d’avril, Bloomberg News a cité une «personne familière avec la question» et révélé que le pays avait perdu environ deux millions d’emplois au cours de ce mois.

Avant la fin de la journée, le personnel de l’agence de statistique a reçu l’ordre de conserver les documents, le statisticien en chef a demandé la fin du partage des données préliminaires avec certains ministères fédéraux et un plan d’enquête a été établi.

Les détails se trouvent dans des dizaines de pages de courriels internes et de rapports obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Laisser un commentaire