Ste-Anne reste fermée et Stoneham poursuit ses activités malgré des non-conformités

L’exploitant de Mont-Sainte-Anne n’a pas encore répondu aux exigences de la Régie du bâtiment du Québec depuis la chute d’une télécabine plus tôt ce mois-ci, et la station demeurera fermée jusqu’à nouvel ordre, a indiqué vendredi la RBQ. Par contre, les activités pourront se poursuivre à Stoneham en dépit de la constatation de non-conformités.

La RBQ a annoncé qu’elle avait terminé des inspections à la Station touristique Stoneham, exploitée par Resorts of the Canadian Rockies (RCR), et qu’«aucun élément ne justifie l’arrêt des remontées mécaniques». 

Selon la Régie, des non-conformités ont été constatées à Stoneham, mais celles-ci ne représentent pas de risque pour la sécurité et l’intégrité des personnes. Ces problèmes ont été signifiés à l’exploitant après l’inspection des remontées mécaniques le 22 décembre, et il dispose de 30 jours pour corriger le tout, a-t-on indiqué dans un communiqué.

Toutefois, Stoneham indiquait sur son site web qu’en raison des forts vents prévus, la station serait fermée de jour et de soir vendredi, avec un retour en activité visé samedi.

Quant à la station Mont-Sainte-Anne, près de Québec, aussi exploitée par RCR, la RBQ est toujours en attente que l’exploitant «lui démontre qu’il satisfait aux conditions de l’ordonnance afin de remettre en service ses remontées mécaniques aériennes», souligne l’organisme.

La RBQ réitère que la réouverture des cinq remontées mécaniques aériennes du Mont-Sainte-Anne dépendra du «rythme de réalisation des exigences prévues à l’ordonnance» transmise à RCR après la chute d’une télécabine le 10 décembre. 

L’entreprise doit notamment soumettre un plan de formation pour approbation, effectuer la vérification des pièces mobiles sur l’ensemble des attaches des remontées mécaniques aériennes débrayables et fournir un rapport d’expertise visant à expliquer le dysfonctionnement de l’équipement de la remontée L’Étoile filante et en appliquer les recommandations.

RCR doit fournir une attestation de sécurité signée par un ingénieur pour les remontées mécaniques aériennes débrayables ainsi que pour L’Étoile filante, a-t-on rappelé.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.