Stéphan Bureau blâmé par l’ombudsman pour son entrevue avec Didier Raoult

L’entrevue réalisée par Stéphan Bureau avec le médecin français Didier Raoult, en mai dernier à l’émission «Bien entendu» sur Ici Première, a enfreint les normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada, selon l’Ombudsman des services français de CBC/Radio-Canada.

Dans la décision dévoilée mercredi, Pierre Champoux souligne des «manquements», qui sont la «responsabilité ultime» des responsables éditoriaux de l’émission, voire de la direction d’Ici Première, non seulement de l’animateur.

Dans cette révision d’une plainte déposée juste après la diffusion de l’émission, l’ombudsman souligne que le simple fait que l’entrevue avec l’infectiologue ait été enregistrée six jours avant sa diffusion aurait dû permettre à l’équipe de faire les vérifications nécessaires et de mieux encadrer sa présentation.

Concernant l’animateur, l’ombudsman y va de cette affirmation: «Le problème, si je puis dire, ne réside pas tant dans les questions qu’il pose, mais dans celles qu’il ne pose pas pour recadrer ou corriger certaines affirmations de son invité.»

M. Champoux donne quelques exemples, notamment lorsque M. Raoult «attaque la crédibilité des études américaines; vante sa dernière étude dont la méthodologie est pourtant critiquée; prétend que le vaccin est moins efficace que l’infection naturelle, ce qui n’est pas encore démontré scientifiquement; et laisse entendre que la vaccination pose plus de risques que de bénéfices pour les moins de 70 ans».

Par ailleurs, le «principe d’équilibre» lui apparaît respecté, «à la lumière de l’imposante couverture de la pandémie de COVID-19 par Radio-Canada», indique M. Champoux.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Pitoyable! La cancel culture à Radio-Can! Pointer du doigt toutes les nations qui ont des difficultés lors de la cérémonie d’ouverture des JO , lors d’un événement qui se veut rassembleur et positif au sortir d’une période sombre a l’échelle mondiale, c’est OK pour l’Ombudsman; mais laisser la parole à la diversité d’opinion, qui garantit l’avancement de la science et son indépendance de l’industrie, c’est à proscrire ! Vraiment déplorable!

Répondre