Succession de revirements constitutionnels au Pérou mercredi

LIMA, Pérou — La vice-présidente du Pérou, Dina Boluarte, a prêté serment, mercredi, en tant que présidente du pays, après que le Congrès a évincé le président Pedro Castillo, qui venait tout juste de dissoudre l’Assemblée législative.

L’avocate de 60 ans est ainsi devenue la première femme à occuper la présidence de la république indépendante en plus de 200 ans d’histoire.

Sa prestation de serment a mis un terme à quelques heures d’incertitude alors que le président et le Congrès semblaient exercer leurs pouvoirs constitutionnels respectifs pour supprimer l’autre. 

M. Castillo a quitté le palais présidentiel dans une voiture qui l’a conduit jusqu’à un poste de police, où son statut n’était pas immédiatement clair. Sur une photographie diffusée par la police nationale sur Twitter, qui a ensuite été effacée, on voyait M. Castillo assis à l’intérieur du poste de police, entouré d’agents.

Premier président de l’histoire du pays issu d’une communauté agricole pauvre, Pedro Castillo était arrivé au palais présidentiel l’année dernière sans aucune expérience politique. Il a changé de cabinet cinq fois au cours de son mandat d’un an et demi.

Les procureurs fédéraux enquêtent sur six affaires contre lui, la plupart pour corruption présumée, selon la thèse voulant qu’il ait utilisé son pouvoir pour tirer profit de travaux publics.

Mme Boluarte a d’ailleurs déclaré que sa première tâche serait de lutter contre la corruption au sein du gouvernement.

«Il y a eu une tentative de coup d’État (…) qui n’a pas trouvé d’écho dans les institutions ni dans la rue», a déclaré la nouvelle présidente, qui a appelé à une trêve politique pour installer un gouvernement d’union nationale à Lima. «Ce que je demande, c’est un espace, un moment pour sauver le pays.»

«Coup d’État»

Bilingue en espagnol et en quechua, Mme Boluarte avait été élue vice-présidente sur la liste présidentielle qui a porté Pedro Castillo au pouvoir le 28 juillet 2021. Pendant la brève administration du président Castillo, elle a été ministre du Développement et de l’Inclusion sociale.

Plus tôt mercredi, le Congrès péruvien avait démis de ses fonctions M. Castillo, qui venait de décréter la dissolution de la législature avant le vote prévu pour l’évincer.

Le bureau de l’ombudsman, la Cour constitutionnelle et la Cour suprême ont tous qualifié de coup d’État la décision du président Castillo de dissoudre le Congrès.

Les députés ont voté à 101 contre 6, avec 10 abstentions, pour destituer M. Castillo de ses fonctions, pour «incapacité morale permanente».

«Gouvernement d’urgence» 

Peu de temps avant le vote, M. Castillo avait annoncé qu’il installait un nouveau gouvernement d’urgence et appelait les prochains députés à élaborer une nouvelle constitution pour le pays. Il a déclaré lors d’une allocution télévisée qu’il gouvernerait par décret entre-temps et il a ordonné un couvre-feu nocturne à partir de mercredi soir.

M. Castillo a également annoncé qu’il apporterait des changements à la direction du pouvoir judiciaire, de la police et de la Cour constitutionnelle. Le chef de l’armée péruvienne a alors démissionné, ainsi que quatre ministres, dont ceux des Affaires étrangères et de l’Économie.

Les chefs d’état-major et la police nationale du Pérou avaient rejeté la constitutionnalité de la dissolution du Congrès par M. Castillo. Le Congrès a ensuite voté pour que la vice-présidente Boluarte assume la présidence. 

Presque tous les anciens présidents des 40 dernières années au Pérou ont été accusés de corruption liée à des sociétés multinationales, telles que la société de construction brésilienne Odebrecht.

Depuis 2016, le Pérou est par ailleurs en proie à des crises politiques incessantes, le Congrès et les présidents essayant de s’éliminer mutuellement à tour de rôle. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.