Surdoses à Saskatoon: la police envisage de déposer des accusations de meurtre

SASKATOON — La police de Saskatoon envisage toujours de déposer des accusations de meurtre ou d’homicide involontaire après la mort d’une troisième personne relativement à des surdoses de cocaïne qui aurait été mélangée avec du fentanyl.

Une femme âgée de 25 ans est décédée mercredi dans un hôpital local. Elle avait été retrouvée inanimée, samedi.

Trois hommes, tous originaires de l’extérieur de la Saskatchewan, ont été arrêtés. La police de Saskatoon avait même, fait inusité, publié l’adresse et le numéro de téléphone d’un des présumés trafiquants pour prévenir d’autres décès.

Ils font face à plusieurs accusations relativement au trafic de drogue et à la possession d’arme. Ils demeurent détenus.

Une porte-parole de la police, Kelsie Fraser, a indiqué que des accusations supplémentaires pourraient être déposées en fonction du résultat de l’enquête. Celle-ci suit son cours.

Au cours du week-end, six cas de surdose, survenus dans trois résidences différentes, avaient été signalés à la police de Saskatoon.

Une femme âgée de 48 ans était déjà morte lorsque les policiers sont arrivés à une de ces résidences. Un homme d’une deuxième résidence est passé de vie à trépas lors de son hospitalisation.

Trois autres personnes demeurent convalescentes. Mme Fraser n’a pu préciser leur état de santé.

Un homme et une femme, résidant ensemble, ont été hospitalisés, mercredi, victimes eux-aussi d’une surdose. Toutefois, la police n’est pas encore certaine si ces deux derniers cas sont reliés aux autres.

La police a exhorté tous les clients d’un trafiquant surnommé «Lil Joe» ou «Joe Bro» à rapporter la drogue aux autorités. Aucune accusation ne sera déposée contre eux, leur a-t-on promis.