Sûreté du Québec: Prud’homme est blanchi par le DPCP mais doit encore attendre

QUÉBEC — Le directeur général de la Sûreté du Québec (SQ), Martin Prud’homme, devra attendre encore avant de pouvoir éventuellement réintégrer ses fonctions.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne déposera pas d’accusations contre lui concernant des allégations d’infractions criminelles, mais le Secrétariat aux emplois supérieurs poursuit son enquête de son côté, a indiqué le gouvernement Legault mardi.

M. Prud’homme a été relevé de ses fonctions il y a un peu plus d’un an en raison d’allégations dont il n’a pas été possible de connaître la nature exacte. Il est suspendu avec solde depuis, jusqu’à ce que le Secrétariat arrive à ses conclusions.

«Le Secrétariat aux emplois supérieurs effectue présentement une révision éthique et déontologique, a commenté mardi Amélie Paquet, la porte-parole de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. Le processus suit son cours. On ne fera pas de commentaires supplémentaires sur cet aspect.»

Le Secrétariat a été contacté mardi pour savoir où en état son enquête. Son porte-parole n’avait pas rappelé La Presse canadienne en début de soirée.

La secrétaire générale associée aux emplois supérieurs du Conseil exécutif avait pris la décision «administrative» de suspendre M. Prud’homme avec solde. Mme Guilbault avait néanmoins déclaré que c’est le gouvernement qui a pris «une mesure préventive» et qu’il a voulu agir rapidement pour rassurer la population.

«Nous avons toujours dit que si M. Prudhomme est blanchi, il pourra réintégrer ses fonctions», a précisé Mme Paquet.

M. Prud’homme est le gendre de Robert Lafrenière, l’ancien commissaire de l’Unité permanente anticorruption (UPAC). Le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) ont déjà soulevé des inquiétudes concernant ces liens familiaux.

Il y a deux ans, Le Devoir avait rapporté que l’UPAC avait organisé deux rencontres avec M. Prud’homme, au sujet de ses liens d’amitié avec le député libéral Guy Ouellette, lui-même un ancien policier.

On apprenait notamment que le député l’avait prévenu que deux personnes étaient mécontentes de la progression d’une enquête de la SQ touchant le Service de police de la Ville de Montréal.

M. Prud’homme a été nommé à la tête de la SQ en 2014, sous le gouvernement Couillard. Actuellement, c’est la directrice générale adjointe Johanne Beausoleil qui assume l’intérim. Il s’agit de la première femme à diriger la SQ.

Les plus populaires