T-N-L: l’archidiocèse doit vendre des propriétés pour indemniser des victimes

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Les paroisses catholiques de la région de St. John’s subiront une restructuration importante dans les mois à venir alors que l’archidiocèse s’efforce de réparer les torts causés aux victimes d’agressions sexuelles à l’orphelinat Mount Cashel.

Dans un courriel de mise à jour de l’archevêque de St. John’s, Peter Hundt, les paroissiens ont appris que dans les prochaines semaines, certaines propriétés seront mises en vente.

Des changements pourraient également survenir dans les paroisses, a-t-il indiqué, ajoutant que des détails seraient annoncés ultérieurement.

La lettre a été lue à la fois lors de messes en direct le samedi et le dimanche, ainsi que lors de cérémonies en ligne dans tout l’archidiocèse.

En janvier, la Cour suprême du Canada a refusé à l’Archidiocèse catholique romain de St. John’s l’autorisation d’en appeler d’une décision qui le déclarait responsable d’agressions sexuelles dans l’ancien orphelinat Mount Cashel, dans les années 1940, 1950 et 1960.

La récente décision du tribunal signifie que l’archidiocèse doit verser aux quatre plaignants principaux environ 2 millions $, répartis entre eux.

Il y a des dizaines d’autres victimes, et les avocats ont déclaré que la voie était maintenant libre pour qu’eux aussi demandent une indemnisation.

La bataille judiciaire a commencé en décembre 1999 et les avocats des quatre principaux plaignants estiment qu’ils ont comparu 30 ou 40 fois devant le tribunal pour mener à bien l’affaire.

Les victimes, qui étaient des garçons au moment des violences, sont maintenant septuagénaires et octogénaires.

L’orphelinat a été fermé en 1990 et démoli en 1992.

Laisser un commentaire