T.-N.-L.: les autorités concluent qu’il n’y a pas de transmission communautaire

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Les autorités sanitaires de Terre-Neuve-et-Labrador ont signalé trois nouveaux cas de COVID-19 mercredi et ont conclu qu’il n’y avait pas de transmission communautaire dans l’ouest de la province.

La médecin-hygiéniste en chef, Janice Fitzgerald, a déclaré que les trois nouveaux cas étaient liés à des voyages. Elle dit que la santé publique travaille toujours à identifier la source de quelques cas dans l’ouest, ajoutant toutefois que le dépistage massif a permis d’exclure la possibilité de transmission communautaire.

La docteure Fitzgerald souligne par ailleurs que plusieurs cas ont été confirmés sur la Côte-Nord, au Québec, près de la frontière avec le Labrador. Les autorités sanitaires offrent des tests à toute personne qui aurait mangé dans des restaurants de la région de Fermont, au Québec, entre le 5 et le 9 avril, a-t-elle ajouté.

Elle a également annoncé qu’à partir de samedi, les rassemblements formels, tels que les mariages et les cérémonies religieuses, pourront accueillir jusqu’à 100 personnes, à condition que ce soit dans des lieux reconnus et que les participants portent des masques et respectent la distanciation.

On compte 14 cas actifs de COVID-19 à Terre-Neuve-et-Labrador; 1034 infections ont été recensées depuis le début de la pandémie, au printemps dernier.

Les camionneurs au Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, le premier ministre exhortait mardi les camionneurs à se faire vacciner le plus tôt possible, mais le directeur de l’association régionale de camionnage souligne mercredi que ce n’est pas aussi simple.

Blaine Higgs déclarait aux journalistes mardi que pour rouvrir la «bulle Atlantique», il était important que les activités transfrontalières soient aussi sécuritaires que possible. Or, le premier ministre a alors soutenu que seulement 800 des 3500 chauffeurs de camion de la province avaient reçu leur première dose du vaccin, même s’ils y étaient admissibles. 

Mais Jean-Marc Picard, directeur de l’Association du camionnage des provinces de l’Atlantique, affirme qu’au moins 1000 chauffeurs ont reçu le vaccin — et que ce nombre pourrait en fait être plus élevé parce que de nombreuses pharmacies qui administrent des vaccins ne demandent que l’âge et non l’occupation. 

M. Picard rappelle aussi que les camionneurs sont sur la route la plupart du temps: il est donc difficile pour eux de planifier un rendez-vous. Plusieurs aussi attendent un jour de congé pour se faire vacciner, au cas où ils auraient des effets secondaires. 

Le Nouveau-Brunswick signalait mercredi 16 nouveaux cas de COVID-19, dont 14 dans la région durement touchée d’Edmundston, qui est en confinement; les deux autres cas sont recensés dans la région de Saint-Jean. Onze des 14 cas signalés à Edmundston sont des contacts de cas déjà connus et trois font l’objet d’une enquête. 

La santé publique a par ailleurs recensé une source possible d’exposition aux endroits suivants à Edmundston: la succursale de Postes Canada de la rue Grondin, les 7, 8 et 9 avril, et Fenêtre Unique, chemin Rivière à la Truite, entre 8 h et 17 h les 8 et 9 avril.

Le nombre de cas actifs au Nouveau-Brunswick est de 141, dont 19 patients hospitalisés et 13 aux soins intensifs.

Les variants en Nouvelle-Écosse 

La Nouvelle-Écosse signalait quant à elle deux nouveaux cas, mercredi, et un total de 42 cas actifs. Les responsables de la santé publique ont identifié un nouveau cas dans la région de Halifax, lié à des voyages internationaux, et un autre dans la «zone est», lié à des voyages intérieurs mais à l’extérieur du Canada atlantique.

Les responsables ont par ailleurs déterminé que 18 cas antérieurs étaient liés au variant d’abord identifié au Royaume-Uni. Selon les autorités, la plupart de ces cas sont désormais considérés comme résolus; dix sont liés à des voyages, sept à des contacts étroits avec des cas précédemment signalés et un fait toujours l’objet d’une enquête.

La Nouvelle-Écosse a enregistré jusqu’ici un total de 41 cas du variant britannique et dix cas du variant sud-africain. «Même si nous observons un plus grand nombre de cas de variants dans la province, il est important de comprendre que la plupart de ces cas sont liés à des voyages et que les personnes visées adhèrent de manière stricte aux mesures de santé publique», a indiqué le docteur Robert Strang, médecin-hygiéniste en chef.

Le premier ministre Iain Rankin et le docteur Strang ont annoncé mardi que des restrictions à la frontière avec le Nouveau-Brunswick seront remises en vigueur jeudi matin: les personnes qui arriveront de cette province devront respecter une «quarantaine».

Laisser un commentaire