Teck Frontier: l’Alberta s’entend avec deux Premières Nations

EDMONTON — Le gouvernement de l’Alberta dit avoir conclu des ententes avec deux Premières Nations du nord de la province concernant le projet minier de sables bitumineux de Teck Resources qui attend toujours le feu vert des autorités fédérales.

Les Premières nations cries Mikisew et Athabasca Chipewyan avaient auparavant conclu des ententes avec Teck Resources Ltd. pour le projet Teck Frontier, mais négociaient toujours avec la province sur des enjeux environnementaux et culturels.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre des Relations avec les Autochtones de l’Alberta a exprimé sa crainte qu’une querelle publique concernant une demande du chef d’Athabasca Chipewyan, Allan Adam, qui réclamait une part des recettes fiscales du projet, puisse donner au gouvernement fédéral une raison d’imposer son refus.

La province a toutefois annoncé des ententes concernant les habitats des bisons et des caribous et la protection du parc national Wood Buffalo.

M. Adam se dit convaincu que le projet sera bénéfique à sa communauté. De son côté, le chef de Mikisew, Archie Waquan a qualifié la volonté de Teck et de l’Alberta pour tenir compte de leurs préoccupations de «révolutionnaires».

Le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau a jusqu’à la fin du mois pour décider s’il approuvera le projet.

«Compte tenu des discussions récentes avec le gouvernement de l’Alberta et de son approche nouvelle et positive, nous reconfirmons notre soutien au projet et encourageons le gouvernement canadien à approuver le projet sans plus tarder», a déclaré M. Adam dans un communiqué.

Le ministre de l’Environnement de l’Alberta, Jason Nixon, a remercié les deux chefs Adam et Waquan, qui, selon lui, ont travaillé dur pour équilibrer les différents intérêts.

«Leur vision de la façon dont le développement des ressources peut se produire parallèlement à la culture autochtone est d’une grande valeur», a déclaré M. Nixon. Ce dernier a réitéré son appel au gouvernement fédéral pour qu’il donne le feu vert à la mine.

«Ce projet a respecté les règles. Il a suivi le processus. Il est temps de le faire.»

Quatorze communautés des Premières nations et des Métis ont déjà signé des accords de participation sur la mine Teck.

Teck Resources, de Vancouver, souhaite produire 260 000 barils par jour de pétrole à partir des sables bitumineux de l’Alberta. Le projet de 20,6 milliards devrait aussi émettre environ quatre millions de tonnes de gaz à effet de serre par année pendant 40 ans. Ottawa devrait annoncer d’ici la fin du mois s’il accorde le feu vert au projet « Frontier ». Les partisans du projet proposé par Teck Resources affirment qu’il créera des milliers d’emplois et stimulera l’économie en difficulté de l’Alberta.

L’écrivaine Alice Munro, le biologiste Jack W. Szostak et 40 autres Nobel de médecine, de chimie, de physique, de littérature, de la paix et d’économie ont signé une lettre publiée vendredi dans le quotidien britannique The Guardian, invitant le Canada à dire non à Teck

Deux jours auparavant, plus de 175 médecins, experts et professionnels de la santé avaient signé une autre lettre, sous l’égide de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, demandant au premier ministre, « au nom des enfants », de rejeter le projet minier.