Tendance à la hausse pour le «tourisme de naissance», partout sauf au Québec

OTTAWA — Une nouvelle étude démontre que plus de bébés sont nés au Canada d’une mère vivant à l’étranger que ne le croyait Statistique Canada.

Les statistiques affichent une hausse croissante du nombre et du pourcentage de ce genre de naissances dans toutes les provinces, sauf au Québec. 

Le gouvernement fédéral étudie ce qu’il appelle le «tourisme de naissance» dans l’objectif d’avoir une idée plus précise du nombre de femmes qui voyagent au Canada pour avoir des bébés qui naissent citoyens canadiens.

Le chercheur Andrew Griffith a utilisé des données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) qui obtient des informations de facturation directement des hôpitaux. Elles ont révélé qu’en 2016, plus de 3200 bébés étaient nés ici de femmes qui n’étaient pas résidantes canadiennes, comparativement aux 313 bébés enregistrés par Statistique Canada.

La découverte suggère non seulement que le nombre est 10 fois plus élevé que celui précédemment rapporté, mais que c’est une tendance à la hausse, selon M. Griffith.

Dans un article de Policy Options, publié par l’Institut de recherche en politiques publiques, Andrew Griffith précise que «ces naissances représentent un peu plus d’un pour cent de toutes les naissances vivantes au Canada anglais».

Le député libéral Joe Peschisolido a récemment déposé à la Chambre des communes une pétition appelant le Canada à prendre des mesures plus énergiques pour mettre fin au tourisme de naissance, affirmant qu’il porte atteinte au système de protection sociale du Canada.

Son collègue, le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, a répondu en affirmant que son ministère avait commandé une étude pour obtenir une meilleure image de l’ampleur de la question au Canada.

Le ministère a chargé l’ICIS d’effectuer cette recherche.

La question du prétendu tourisme de naissance s’est polarisée au Canada, les libéraux défendant la loi en vigueur qui attribue automatiquement la citoyenneté à toute personne née sur le sol canadien, à l’exception des enfants de diplomates étrangers.

Les membres du Parti conservateur ont adopté une résolution lors de leur congrès biennal cet été demandant au gouvernement de mettre fin à la citoyenneté «à moins que l’un des parents de l’enfant né au Canada ne soit citoyen canadien ou résident permanent du Canada».

D’autres pays ont mis au point ou modifié leurs lois sur le droit de naissance, notamment le Royaume-Uni, l’Australie, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, l’Inde, la République dominicaine, la Thaïlande et le Portugal.

Récemment, le président américain Donald Trump a menacé de mettre fin au «droit du sol» pour les enfants de migrants, bien que des critiques aient soutenu qu’un tel changement pourrait violer la Constitution des États-Unis.

Les plus populaires