Terrorisme: des groupes de Kingston veulent réagir aux arrestations

OTTAWA — Des dirigeants communautaires de Kingston, en Ontario, tentent de coordonner une réponse à l’intervention policière liée au terrorisme de la semaine dernière, afin d’éviter une réaction violente envers la population musulmane de la ville et les groupes qui parrainent des réfugiés.

Des organisations locales doivent s’entretenir mardi et projettent organiser une plus grande réunion communautaire.

L’intervention comprend la protection par la police de groupes religieux et d’organisations aidant les nouveaux arrivants, ainsi que des campagnes de sensibilisation du public et des efforts pour lutter contre l’intimidation dans les couloirs des écoles de Kingston.

La ville d’environ 124 000 habitants a travaillé d’arrache-pied ces dernières années pour attirer plus d’immigrants afin de renforcer la main-d’œuvre locale et le potentiel économique de la ville.

La semaine dernière, la Gendarmerie royale du Canada a accusé un jeune homme d’avoir sciemment facilité une activité terroriste et d’avoir conseillé à quelqu’un d’utiliser un explosif ou un autre engin mortel pour causer la mort ou des lésions corporelles graves. Le jeune homme ne peut être nommé.

Un deuxième individu, qui est arrivé au Canada en tant que réfugié, avait aussi été arrêté dans cette affaire. Il a plus tard été relâché sans être accusé.