Tête-à-tête entre Jason Kenney et Chrystia Freeland à Edmonton

EDMONTON — Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, et la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, se sont entretenus en tête-à-tête à Edmonton, lundi, pour tenter de trouver un terrain d’entente dans cette province qui ne compte plus un seul député libéral.

Chrystia Freeland, également nommée ministre des Affaires intergouvernementales dans le nouveau cabinet du premier ministre Justin Trudeau, a déclaré qu’elle cherche à se montrer à l’écoute et à trouver des solutions avec l’Alberta.

Elle doit également rencontrer le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, mardi.

Les électeurs de l’Alberta et de la Saskatchewan ont rayé les libéraux de la carte en octobre, en porte-à-faux avec le gouvernement de Justin Trudeau en ce qui concerne le secteur de l’énergie et les préoccupations environnementales.

Jason Kenney s’est montré critique envers les libéraux fédéraux, affirmant que des projets de loi comme la réforme du processus d’évaluation des mégaprojets énergétiques s’en prennent au coeur même de l’industrie albertaine.

M. Kenney avait fait campagne aux côtés du chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, mais en vue de son tête-à-tête avec la ministre Freeland, il a déclaré qu’il est maintenant temps de coopérer avec Ottawa.

«Comme le premier ministre l’a souligné lors du soir des élections, il souhaite être présent pour l’Alberta et la Saskatchewan, reconnaissant qu’il existe de réelles tensions au sein de la fédération, de profonds défis pour notre économie, et que les Albertains souhaitent une entente équitable», a-t-il déclaré lundi.

La ministre Freeland a abondé dans le même sens: «Je suis ici pour trouver un terrain d’entente. Le premier ministre a raison de dire que notre relation comporte des défis. Notre gouvernement a certainement entendu un message fort de l’Alberta lors des élections».

Ni l’un ni l’autre n’a accepté de répondre aux questions des journalistes. Après leur rencontre, le premier ministre albertain a néanmoins publié une déclaration indiquant qu’il avait exhorté la ministre Freeland à agir pour mettre un terme à la grève déclenchée par les cheminots de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN).

Il aurait aussi réclamé une garantie ferme pour que l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain soit complétée à une date précise. L’agrandissement de l’oléoduc acheminerait davantage de pétrole albertain vers la côte ouest, pour exportation vers les marchés étrangers.

Le gouvernement de M. Kenney est à la recherche de moyens pour assurer une plus grande autodétermination de l’Alberta. Il a mis sur pied un groupe d’experts afin de se pencher sur diverses initiatives, comme le retrait du Régime de pensions du Canada.

Les plus populaires