Alain Rayes: les conservateurs s’excusent du bout des lèvres

OTTAWA — Les conservateurs ont fait un timide mea culpa après avoir transmis un message texte aux membres du parti de la circonscription de  Richmond-Arthabaska les incitant à appeler au bureau de circonscription et à réclamer la démission d’Alain Rayes.

«Le Parti conservateur du Canada s’excuse pour un message texte automatisé envoyé plus tôt aujourd’hui aux membres du parti dans la circonscription de Richmond-Arthabaska», a écrit la formation politique sur Twitter mercredi soir.

Jeudi, le lieutenant politique pour le Québec du nouveau chef Pierre Poilievre, Pierre Paul-Hus, est sorti de son mutisme lors d’une mêlée de presse. «C’était une erreur qui a été reconnue par le parti et maintenant on souhaite (une) bonne continuité à M. Rayes comme député indépendant», a-t-il déclaré.

Au moment de publier, le cabinet du chef de l’opposition officielle n’avait pas répondu à une demande de La Presse Canadienne d’expliquer pourquoi exactement il s’excuse.

Le message texte représentait selon M. Rayes une «opération de salissage» et d’«intimidation» du parti visant à ce que les autres députés conservateurs qui songent à quitter le navire sachent «ce qui arrive si vous décidez de partir du Parti conservateur».

Alain Rayes, qui avait appuyé Jean Charest dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, avait annoncé mardi qu’il siégera désormais comme indépendant à la Chambre des communes puisqu’il ne se «retrouve plus à l’intérieur de ma propre formation politique».

Dans une déclaration transmise à La Presse Canadienne, M. Rayes a affirmé avoir pris connaissance des excuses qui, souligne-t-il, ne lui sont pas personnellement adressées. Il se dit heureux de mettre «ce chapitre» derrière lui afin de «recommencer à accomplir pleinement» son rôle de député.

«Pour moi, l’intimidation sous toutes ses formes est inacceptable. Je n’hésiterai jamais à la dénoncer avec véhémence. Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont témoigné leur appui. Ensemble, nous parviendrons à ramener un climat politique et social sain dans notre beau pays. C’est mon souhait le plus cher», a-t-il écrit.

Appelée à commenter, la ministre des Affaires étrangères, la libérale Mélanie Joly, a estimé que «non seulement c’est un manque de respect, mais ça démontre aussi un manque de jugement». Elle a dit avoir de la difficulté à croire que «le nouveau chef de l’opposition décide de harceler un de ses anciens collègues».

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a pour sa part affirmé que M. Poilievre a «franchi une ligne» avec cette campagne. «C’est le genre de comportement un peu intense, un peu basé sur rien de rationnel, ça a l’air d’un coup de colère», a-t-il déclaré. Selon lui, tous ceux qui ont reçu «un texto pour intimider Alain» devraient en recevoir un autre d’excuses de la part du chef conservateur.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.