Theresa May quitte officiellement ses fonctions de chef des conservateurs

LONDRES — La première ministre britannique Theresa May quitte officiellement ses fonctions de chef du Parti conservateur vendredi.

Aucun événement public n’est prévu pour marquer l’occasion, car le temps de Mme May au pouvoir prend fin après l’impasse du Brexit. Près d’une douzaine de législateurs conservateurs se bousculent déjà pour la remplacer dans une course qui s’ouvrira officiellement lundi, promettant de réussir là où Mme May a échoué et d’arriver à renégocier l’accord de divorce conclu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE).

Il n’y a qu’un problème: l’UE dit que cela ne va pas arriver.

«Il n’y aura pas de renégociation», a répété le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, la semaine dernière.

Depuis que la Grande-Bretagne a voté par une mince majorité, en 2016, pour quitter l’UE, les 27 autres pays du bloc ont présenté un front uni dans les négociations, pour finalement convenir d’un plan de divorce détaillé avec le gouvernement de Mme May.

De l’autre côté de la Manche, le Brexit a brisé la carte politique du Royaume-Uni. Les conservateurs de Mme May et la principale opposition, le Parti travailliste, sont tous deux divisés sur la façon de quitter l’UE. L’accord soigneusement rédigé par Mme May avec le bloc européen a été rejeté trois fois par le Parlement, et le jour de la rupture a été reporté du 29 mars au 31 octobre.

Des électeurs frustrés et en colère se détournent des grands partis pour plutôt opter pour le nouveau Parti du Brexit, dirigé par Nigel Farage, ou, à l’opposé, pour les Libéraux-démocrates ou les Verts, qui souhaitent que la Grande-Bretagne reste au sein de l’UE.

Le Parti du Brexit de M. Farage a failli remporter son premier siège au Parlement vendredi, mais s’est incliné de peu face au Parti travailliste lors d’une élection spéciale à Peterborough, dans l’est de l’Angleterre.

Malgré la défaite, M. Farage a déclaré que le résultat montrait que la politique britannique avait «fondamentalement changé» et marquait la fin de la dominance des Partis conservateur et travailliste.

Mme May demeurera première ministre pendant quelques semaines, le temps de choisir un successeur qui deviendra le prochain premier ministre britannique. Les députés conservateurs organiseront leur vote le 13 juin. Tous les candidats qui n’obtiendront pas au moins 5 pour cent des suffrages seront éliminés. D’autres tours auront lieu les 18, 19 et 20 juin si nécessaire, le candidat le moins populaire se retirant chaque fois.

Les deux derniers candidats seront départagés à la suite du vote par correspondance d’environ 160 000 membres conservateurs. Le gagnant sera annoncé la semaine du 22 juillet.