Todorovic, qui avait fait éliminer une «rivale», perd sa libération de jour

KITCHENER, Ont. — Une jeune femme qui avait poussé son petit ami à éliminer une de ses anciennes flammes, adolescente, il y a plus de dix ans, a vu sa libération conditionnelle de jour révoquée, vendredi, parce qu’elle s’est empêtrée dans un triangle amoureux.

La Commission des libérations conditionnelles a pris cette décision lorsqu’elle a appris que Melissa Todorovic avait omis de révéler deux liaisons amoureuses, violant ainsi l’une des conditions de sa libération conditionnelle de jour.

Un agent des libérations conditionnelles a informé la commission que la jeune femme avait entamé une liaison avec un homme en probation, avant de tisser des liens amoureux avec l’ami de cette nouvelle flamme. Selon l’agent, la jeune femme semble avoir monté ses deux amants l’un contre l’autre, suscitant «des inquiétudes quant à son jugement et à sa capacité de manipulation».

Mme Todorovic avait obtenu une semi-liberté de six mois en novembre dernier; la commission avait estimé alors que la jeune femme comprenait mieux ce qui l’avait poussée à orchestrer en 2008, à l’âge de 15 ans, l’assassinat de Stefanie Rengel, âgée de 14 ans, que son petit ami, âgé de 17 ans, avait brièvement fréquentée quelques années auparavant.

Or, un des membres de la commission des libérations conditionnelles a qualifié vendredi de «très, très, très préoccupant» le fait que Mme Todorovic ait adopté des comportements similaires si peu de temps après son déménagement dans une maison de transition.

Melissa Todorovic avait été reconnue coupable de meurtre au premier degré en 2009. Elle avait écopé d’une peine pour adultes de prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant sept ans.

Les plus populaires