Toronto a récupéré 2700 armes à feu dans le cadre du programme de rachat

TORONTO — On compte quelque 2700 armes à feu de moins en circulation à Toronto à la fin du programme de rachat amorcé il y a trois semaines et qui s’est achevé vendredi.

Les résidants ont cédé plus de 1900 armes d’épaule et 800 armes de poing aux autorités pour qu’elles puissent les détruire. Selon le service de police de Toronto, il s’agit du nombre de remises le plus important depuis l’instauration de ce genre de programme dans la Ville-Reine.

Le maire John Tory s’est félicité de la réduction du nombre d’armes à feu dans les rues de Toronto.

«Chaque arme remise est une arme de moins dans notre collectivité. C’est une arme de moins potentiellement disponible pour les personnes voulant causer du trouble», a-t-il déclaré sur Twitter.

M. Tory a rappelé que le programme de rachat ne constituait qu’une partie des efforts mis en place pour réduire la violence armée.

«J’ai répété que pour mettre fin à la violence armée, il fallait prendre diverses mesures. Il n’y a pas de solution magique à ce problème. Ce programme de rachat d’armes à feu n’est qu’une des nombreuses mesures que nous prenons.»

Il s’est commis pas moins de 96 homicides à Toronto, l’an dernier, un record. Le nombre d’homicides commis par une arme à feu a grimpé de 30 pour cent.

Le chef de police Mark Saunders a qualifié le programme de rachat de succès.

«Nous sommes heureux de la participation des Torontois qui prennent des mesures pour éliminer en toute sécurité des armes non désirées chez eux. Ces armes peuvent présenter un danger potentiel si elles tombent entre de mauvaises mains», a-t-il souligné.

En vertu du programme de rachat, les Torontois ont reçu 200 $ pour avoir rendu une arme d’épaule et 350 $ pour une arme de poing après que la police eut déterminé que les armes n’avaient pas été utilisées dans un crime.

La police a offert une indemnisation similaire lors d’un programme de rachat en 2008. Cette année-là, elle a collecté près de 2000 armes à feu, dont 500 étaient des armes de poing. Elle n’a offert que 150 $ en 2013 et le nombre d’armes remises a chuté à 500. Deux plus tard, aucune somme n’était proposée et la police n’a reçu que 150 armes à feu.

Contrairement à certains programmes aux États-Unis, les remises ne peuvent pas être anonymes. Mais la police de Toronto a promis que ceux qui avaient rendu des armes ne feraient pas l’objet d’accusations de possession ou d’entreposage non sécurisé.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie