Toronto demande aux sous-traitants de réembaucher des employés sikhs

TORONTO — La Ville de Toronto a déclaré qu’elle veillera à ce que tous ses sous-traitants en sécurité accommodent et réembauchent les employés sikhs qui ont été démis de leurs fonctions parce que la pilosité faciale requise par leur religion allait à l’encontre des règles liées à la COVID-19.

L’Organisation mondiale des sikhs s’était plainte à la ville au nom de plus de 100 agents de sécurité sikhs, qui, selon eux, étaient tenus de porter des masques N95 scellés directement sur le visage – une règle qui ne permet pas les poils au visage.

Une déclaration de la Ville indique que les masques N95 sont nécessaires dans les refuges où une éclosion de COVID-19 se produit, mais que des accommodements seront accordés à ceux qui ont besoin d’exemptions religieuses.

«La Ville a ordonné à ces entrepreneurs d’accommoder leurs employés qui ont demandé des exemptions religieuses et une réintégration immédiate de tout employé ayant été licencié», a indiqué la Ville dans une déclaration écrite publiée lundi soir.

«La Ville a des contrats avec de nombreuses grandes organisations d’agents de sécurité et est convaincue que ces employés peuvent être accommodés dans d’autres lieux de la ville, y compris dans des refuges qui ne vivent pas d’éclosions de COVID-19, si nécessaire.»

La Ville a ajouté qu’elle travaillait directement avec des entreprises sous contrat avec son système de refuges pour s’assurer que des accommodements étaient offerts aux agents de sécurité.

L’Organisation mondiale des sikhs affirme que les sous-traitants en sécurité ont licencié certains de leurs gardes sikhs et en ont déplacé d’autres vers des sites alternatifs, mais souligne que ces réinstallations s’accompagnent souvent de rétrogradations de grade et de salaire.

Elle a appelé la Ville à réintégrer tous les agents de sécurité à leur poste d’origine et à les indemniser pour tout le temps manqué ou pour lequel ils ont été rétrogradés.

Le président de l’organisation, Tejinder Singh Sidhu, a déclaré que la politique qui a entraîné le licenciement ou la réaffectation des agents de sécurité sikhs barbus était déraisonnable, car ces travailleurs ont occupé leur poste au plus fort de la pandémie.

«Les visiteurs des sites de la ville de Toronto ne sont pas tenus de porter un masque et le personnel de la ville n’est pas non plus invité à être rasé de près», a-t-il souligné dans une déclaration écrite.

«Des policiers sikhs et d’autres travailleurs sociaux de première ligne ont servi tout au long de la pandémie sans être tenus de compromettre leur foi. Il n’y a aucune raison pour que les gardes de sécurité sikhs de la ville de Toronto ne puissent pas être hébergés conformément à la loi.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.