Toronto imposera le port du masque dans les lieux publics intérieurs

TORONTO — Le conseil municipal de Toronto a adopté, mardi, un règlement temporaire qui rendra obligatoire, dans une semaine, le port du masque dans les lieux publics intérieurs, afin de ralentir la propagation de la COVID-19.

Les couvre-visages seront déjà obligatoires dès jeudi dans les transports en commun de la métropole canadienne.

Le règlement municipal a été rédigé sur recommandation de la médecin hygiéniste de Toronto, la docteure Eileen de Villa. Le maire John Tory a rappelé que le règlement n’affectera pas les rassemblements sociaux mais s’appliquera aux lieux publics, y compris les magasins et autres entreprises. Le règlement entrera en vigueur le 7 juillet et sera réévalué sur une base mensuelle par la directrice de la santé publique, jusqu’au 30 septembre.

La docteure De Villa a expliqué mardi qu’elle avait fait cette recommandation pour aider Toronto à passer de la phase 2 à la phase 3 du plan de déconfinement provincial. Elle soutient que les masques permettront d’augmenter la sécurité dans les espaces intérieurs, qui avaient pour la plupart été fermés dès les premiers stades de la pandémie, en mars.

«Je ne saurais trop insister sur l’importance de tous nous souvenir que nous sommes toujours au milieu d’une pandémie», a toutefois rappelé la docteure De Villa en conférence de presse.

Le maire Tory a souligné par ailleurs que le règlement à Toronto entrera en vigueur peu de temps après l’obligation dès jeudi du port du masque dans les transports en commun. «Nous espérons qu’il y aura de plus en plus d’usagers dans les transports en commun et la distanciation deviendra alors un défi de plus en plus important», a expliqué le maire Tory. Des masques à usage unique seront distribués aux passagers qui n’en ont pas.

On recensait lundi 14 270 cas confirmés de COVID-19 à Toronto et 1090 décès. 

Une mesure liberticide?

Les maires de la région du Grand Toronto et de Hamilton avaient demandé lundi au premier ministre de l’Ontario de rendre les masques obligatoires dans les lieux publics, mais Doug Ford a rejeté cette idée. Les maires de Toronto, de Mississauga et de Brampton ont donc annoncé leur intention de rendre les masques obligatoires dans les espaces publics de leur territoire.

Interrogé là-dessus mardi lors de sa conférence de presse quotidienne, M. Ford a indiqué qu’il était en faveur de telles mesures régionales ou municipales pour rendre obligatoire, s’il le faut, le port du masque. «Mais Toronto et Peel sont différents de Kenora et Rainy River: c’est comparer des pommes et des oranges», a-t-il soutenu.

La Fondation canadienne de la Constitution, un groupe de réflexion de droite, qualifie d’atteinte aux libertés civiles l’obligation de porter un couvre-visage. «Il y a des gens qui ne peuvent pas porter de masque à cause d’une maladie respiratoire ou d’un traumatisme psychologique associé à une insuffisance respiratoire», expliquait lundi la directrice du contentieux de l’organisme, Christine Van Geyn.

«Pour des raisons évidentes, une personne qui souffre d’un syndrome de stress post-traumatique lié à une insuffisance respiratoire ne devrait pas être obligée d’en discuter avec des étrangers lorsqu’elle va s’acheter du papier de toilette ou faire le plein d’essence.» La fondation recommande aux municipalités de n’obliger le port du couvre-visage que lorsque la distanciation n’est pas possible, et d’imposer des amendes proportionnées.

Le même jour, le gouvernement du Québec a décidé de rendre bientôt les masques obligatoires dans tous les transports en commun de la province. Le premier ministre François Legault a annoncé mardi que la mesure entrera en vigueur dans deux semaines, le 13 juillet. Après une autre période de transition de deux semaines, les personnes ne portant pas de masque se verront refuser l’accès aux transports en commun à compter du 27 juillet.

Laisser un commentaire
Les plus populaires