Toxicomanie: le protecteur de l’enfance demande de l’aide supplémentaire

EDMONTON – Le protecteur de l’enfance en Alberta demande de l’aide supplémentaire pour les enfants de parents aux prises avec des problèmes de dépendance dans la foulée de la noyade d’un bébé dans une cuve d’alcool artisanal.

Del Graff a aussi recommandé à ce que les travailleurs soient mieux informés sur les démarches à entreprendre lorsqu’un enfant est à risque.

Le rapport de M. Graff n’identifie pas la famille de la défunte fillette, qui est morte en 2013. La mère de l’enfant a plaidé coupable en cour à une accusation de négligence criminelle causant la mort.

La fillette de 10 mois était tombée la tête première dans une caisse d’un mélange fermenté de levure et de patates alors que sa mère dormait après s’être enivrée. La mère avait été condamnée à 90 jours de prison.

Selon M. Graff, les travailleurs sociaux avaient déjà été informés des problèmes de consommation dans la maison de la fillette et une agence des Premières Nations avait été chargée d’évaluer la sécurité de la résidence.

Le ministre des Services à la personne de l’Alberta, Irfan Sabir, a dit par voie de communiqué que son bureau prendrait connaissance du rapport et qu’il rencontrerait M. Graff.

«Cette histoire bouleversante souligne la nécessité de travailler constamment pour éviter de tels incidents. En renforçant notre travail avec les enfants, les familles et nos partenaires de services — dont les partenaires autochtones — nous pouvons améliorer le système dans son ensemble», a-t-il affirmé.