Tragédie de juillet 2013: Lac-Mégantic ne poursuivra pas le Canadien Pacifique

LAC-MÉGANTIC, Qc – Les élus de la Ville de Lac-Mégantic écartent la possibilité de lancer un recours contre la compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique (TSX:CP) à propos de la catastrophe ferroviaire qui a fait 47 morts le 6 juillet 2013.

Les élus réunis en assemblée mardi soir ont adopté une résolution mettant un terme au processus de recours judiciaire.

Le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, a expliqué que la Ville serait obligée d’engager des sommes considérables en frais d’experts, et ce sur plusieurs années, sans avoir de garantie d’obtenir réparation.

«Plusieurs raisons expliquent cette décision, a déclaré M. Cloutier par communiqué. Nous avons longuement réfléchi et nous en sommes tous venus à la décision que les risques d’un tel recours étaient trop élevés en regard des coûts que la communauté devait assumer.»

Le maire Cloutier a évalué le seul coût des honoraires à entre 1 et 1,5 million $ pour une ville d’un peu plus de 5000 habitants qui a déjà une dette élevée.

C’est un convoi de la Montreal, Maine and Atlantic (MMA) qui a déraillé à Lac-Mégantic en juillet 2013 mais certaines instances croient que le Canadien Pacifique avait un rôle à jouer pour assurer la sécurité du transport du pétrole brut. Le gouvernement du Québec le poursuit pour 409 millions $ en dommages.

Le Canadien Pacifique n’a pas contribué au Fonds d’indemnisation des victimes de Lac-Mégantic, signalant qu’il n’avait rien à voir avec la catastrophe.

Plus de 400 millions $ ont été versés par environ 25 entreprises accusées pour cet accident. Toutes sauf la MMA ont reçu une garantie de ne pas être poursuivie pour ce déraillement dans le futur.

Le gouvernement du Québec a intenté une poursuite de 409 millions $ contre le Canadien Pacifique et une action collective contre l’entreprise ferroviaire a été autorisée.

Pour Lac-Mégantic, toutefois, la saga judiciaire contre le Canadien Pacifique est terminée.

«Nous trouvons le processus long, complexe et très couteux. Nous ne pouvons mettre ce fardeau sur les épaules des Méganticoises et Méganticois», a expliqué le maire.