Trans Mountain: Trudeau dit qu’il n’y aura pas d’«astuces» pour accélérer le pas

EDMONTON — Le premier ministre Justin Trudeau a refroidi les ardeurs de l’Alberta qui souhaite que le gouvernement fédéral adopte une loi ou conteste le jugement de la Cour d’appel fédérale pour permettre de relancer rapidement le chantier de construction de l’oléoduc Trans Mountain.

Dans une entrevue à une station de radio d’Edmonton, mercredi, le premier ministre a affirmé que le recours à ce qu’il appelle des «astuces» afin de faire avancer le projet pourrait être satisfaisant à court terme, mais mènerait éventuellement à d’autres batailles judiciaires.

«Les gens veulent savoir que l’on fait les choses de la bonne manière dans une perspective à long terme, que les emplois qu’on crée ne vont pas être suspendus par la cour. C’est sur ce genre de changement qu’on concentre nos efforts», a-t-il dit. Le premier ministre n’a cependant pas entièrement écarté la possibilité de recourir à un projet de loi.

La Cour d’appel fédérale a annulé la semaine dernière la décision du cabinet autorisant les travaux d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, qui doivent tripler la quantité de pétrole acheminé de l’Alberta vers le port de Burnaby, en Colombie-Britannique.

Le tribunal a estimé que les consultations avec les communautés autochtones effectuées par le gouvernement n’avaient pas été adéquates et que l’impact de l’augmentation du trafic de pétroliers sur la population d’épaulards dans l’océan Pacifique n’avait pas été suffisamment pris en compte par l’Office national de l’énergie.

Justin Trudeau était à Edmonton, mercredi, pour rencontrer la première ministre de l’Alberta Rachel Notley et discuter des prochaines étapes concernant le projet Trans Mountain. La province s’est retirée de la stratégie canadienne sur le climat jusqu’à ce que le dossier soit réglé.

«On sait que les Albertains sont déçus de la décision du tribunal, tout comme de nombreux Canadiens, a soutenu le premier ministre Trudeau aux côtés de Mme Notley. C’était un dur coup pour la province qui venait de traverser une période difficile et qui voyait enfin un peu de lumière.»

Rachel Notley disait vouloir débattre de certaines options avec M. Trudeau. Elle veut aussi que les choses évoluent rapidement.

«Nous avons des travailleurs qui se demandent s’ils doivent se rendre au travail dans les prochains jours, mentionne-t-elle. Nous avons des investisseurs dans le domaine de l’énergie et dans l’économie en général qui se demandent si le Canada est capable de faire fonctionner ses projets.»

Trudeau se félicite

Sans l’intervention du gouvernement, le projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain n’aurait jamais pu voir le jour, selon Justin Trudeau.

Le premier ministre a tenu ces propos lors de son passage à Edmonton, mercredi, en marge d’une conférence de presse pour inaugurer un nouveau centre de recherche au Northern Alberta Institute of Technology.

«Si ce projet était encore dans les mains d’une compagnie privée, ce projet n’avancerait plus, a soutenu M. Trudeau. Il serait mort aujourd’hui à cause du jugement de la Cour d’appel.

«Ce qu’on a fait pour prendre le contrôle de ce projet nous permet maintenant de refaire les étapes nécessaires pour pouvoir construire cet oléoduc essentiel», a-t-il ajouté.

«Nous examinons plusieurs options, incluant le dépôt d’un projet de loi, la possibilité de faire appel et nous étudions aussi ce que nous devons faire pour respecter le jugement», a détaillé M. Trudeau.

Les plus populaires