Trans Mountain: Ottawa cherche à minimiser le risque pour les investisseurs

OTTAWA — Le gouvernement fédéral soupèse diverses manières de réduire le risque financier auquel s’exposent les investisseurs de Kinder Morgan, effrayés par l’incertitude qui plane au-dessus de l’élargissement de l’oléoduc Trans Mountain, selon le ministre des Ressources naturelles.

Ottawa examine toujours ses options, précise le ministre Jim Carr, mais aucun plan d’action ne sera lancé avant dimanche, lorsque le premier ministre Justin Trudeau doit rencontrer ses homologues de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Le gouvernement canadien pourrait entre autres acquérir une participation dans le projet pour assurer aux investisseurs que l’oléoduc verra le jour et pour compenser l’anxiété de certains.

La menace soutenue du premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, de contester devant les tribunaux la compétence fédérale en la matière porte les investisseurs à craindre que les travaux soient reportés.

Le promoteur Kinder Morgan a annoncé qu’il cesserait toute dépense non essentielle liée au projet jusqu’à ce qu’il obtienne la garantie d’Ottawa que la construction ne sera plus bloquée.

Ottawa a jusqu’au 31 mai pour réagir.

Justin Trudeau a mis beaucoup de ses oeufs dans le panier de Trans Mountain, risquant ses atouts politiques parmi les militants qui ne s’opposent pas au projet, mais qui réclament des mesures de protection de l’environnement.