Trans Mountain: un échéancier prévu sous peu pour la reprise des travaux

CALGARY — La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a rapporté, jeudi, que le gouvernement fédéral lui avait promis d’accélérer le processus pour relancer le chantier de construction de l’élargissement de l’oléoduc Trans Mountain.

Après une rencontre avec des fonctionnaires et des dirigeants de l’industrie pétrolière, Mme Notley a révélé que Justin Trudeau lui avait assuré qu’un échéancier clair et fiable serait établi au cours des prochaines semaines.

Elle a ajouté que M. Trudeau et elle-même avaient ordonné à leurs représentants de se mettre au travail sur-le-champ.

La première ministre albertaine a fait ces commentaires un jour après avoir discuté avec M. Trudeau à Edmonton.

Rachel Notley s’est dite satisfaite de constater que le premier ministre est déterminé à relancer rapidement le projet et a précisé que son gouvernement est prêt à collaborer avec Justin Trudeau pour que l’affaire se concrétise.

Elle a toutefois prévenu qu’elle s’attend à ce qu’Ottawa agisse vite en raison de l’incertitude des investisseurs, qui a monté en flèche à la suite de la décision rendue la semaine dernière par la Cour d’appel fédérale venue stopper les travaus d’élargissement de l’oléoduc Trans Mountain.

«Nous devons rapidement trouver une solution à ce problème, a-t-elle déclaré. Nous ne pouvons pas le laisser s’envenimer.»

Le projet d’expansion du pipeline permettrait de tripler la capacité de l’oléoduc existant, qui transporte le pétrole depuis Edmonton, en Alberta, jusqu’à Burnaby, en Colombie-Britannique.

Le gouvernement albertain soutient que ce projet d’une valeur de 7,4 milliards de dollars est d’une importance capitale et qu’il perd des milliards de dollars par année parce que le pétrole présentement acheminé vers la Colombie-Britannique est vendu au rabais sur un marché captif aux États-Unis.

La semaine dernière, la Cour d’appel fédérale a mis un frein au projet parce que le gouvernement fédéral n’a pas consulté les Autochtones de manière appropriée et que l’Office national de l’énergie n’a pas tenu compte de l’impact de l’augmentation du trafic maritime sur la faune marine, particulièrement sur les baleines menacées d’extinction.

Justin Trudeau a annoncé que le fédéral envisage toutes les possibilités, dont celle de porter le jugement devant la Cour suprême, mais il a reconnu que la meilleure option était sans doute de se plier aux exigences de la décision unanime de la Cour d’appel fédérale.

À la suite de ce jugement, Mme Notley a retiré l’Alberta du plan fédéral sur le changement climatique, indiquant que la province reviendrait quand le projet Trans Mountain serait officiellement relancé.