Transat A.T: Québec pourrait intervenir pour aider des investisseurs québécois

QUÉBEC — Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, ne ferme pas la porte à verser une aide financière à d’éventuels investisseurs québécois qui voudraient se porter acquéreurs de Transat A.T., pour ainsi éviter que le siège social ne quitte la province.

En point de presse à l’Assemblée nationale, mardi, le ministre Fitzgibbon s’est dit préoccupé par la possibilité que la société mère du transporteur aérien Air Transat soit vendue.

L’entreprise a confirmé mardi être en discussion avec plusieurs joueurs.

M. Fitzgibbon a rappelé que le gouvernement Legault avait mis sur pied un fonds d’un milliard $ pour protéger les sièges sociaux.

Ce fonds pourrait donc aider des Québécois qui voudraient faire une offre pour acheter l’entreprise.

Le ministre a dit ignorer qui sont les joueurs en discussion avec la direction de Transat A.T., mais il croit tout à fait possible que des Québécois aient les moyens d’investir dans l’entreprise.

«Quand on regarde la valeur boursière d’Air Transat, c’est (environ) 250 millions $, c’est pas des gros chiffres. (…) Le Québec peut facilement trouver l’argent pour l’acheter», a-t-il soutenu.

Le premier ministre du Québec, François Legault, qui était l’un des fondateurs d’Air Transat, il y a 33 ans, affirme avoir eu un «pincement au coeur» lorsqu’il a appris la nouvelle.

«C’est une nouvelle qui me préoccupe», a-t-il déclaré en point de presse à Québec.

M. Legault avait quitté l’entreprise et vendu sa participation en 1997 avant de faire le saut dans l’arène politique.

Les plus populaires