Transfert canadien en santé: les provinces en campagne publicitaire

Les premiers ministres des provinces et territoires passent maintenant à l’offensive publicitaire pour tenter de convaincre Ottawa de hausser de 22 % à 35 % sa contribution au Transfert canadien en matière de santé et de la maintenir ensuite à ce niveau.

La campagne publicitaire pancanadienne se déploiera en ligne, à la radio, dans la presse écrite et sous la forme de panneaux publicitaires.

Les provinces et territoires soutiennent depuis des années que le gouvernement fédéral n’assume pas sa juste part des soins et services de santé qu’eux doivent dispenser aux citoyens.

Les problèmes sont nombreux et touchent toutes les provinces: urgences des hôpitaux qui débordent, manque d’infirmières, listes d’attente en chirurgie, accès à un médecin de famille et à la première ligne, besoins en soins de santé mentale et autres.

Les provinces et territoires demandent donc au fédéral de hausser sa contribution, qui est de 22 % des coûts, pour la faire passer à 35 % et de la maintenir à ce niveau au fil des ans.

«Nos systèmes de santé ne peuvent être viables à long terme, alors même que la part de leur financement prise en charge par le gouvernement fédéral continue de diminuer. Afin d’offrir aux Canadiens de partout au pays les tests, procédures et services de santé dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin, il ne devrait aucunement être nécessaire d’attendre que le gouvernement fédéral daigne agir», a affirmé Heather Stefanson, première ministre du Manitoba et présidente du Conseil de la fédération, lors du lancement de la campagne lundi.

Encore en juillet dernier, le premier ministre canadien Justin Trudeau s’y est refusé, évoquant plutôt le versement de sommes ponctuelles et qui seraient rattachées à des conditions, à des résultats qui sont attendus. 

Le gouvernement fédéral estime d’ailleurs avoir déjà fait sa part lorsqu’il prend en compte la valeur de points d’impôt cédés aux provinces.

Selon des calculs préparés par des fonctionnaires, Ottawa estime avoir d’une certaine façon contribué à 37,8 % des dépenses publiques en santé en 2019-2020, à 44,7 % en 2020-2021 et à 39,8 % en 2021-2022. Ottawa inclut dans son calcul des dépenses liées à la COVID-19.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.