Transferts en santé: Legault souhaite une entente dans les prochaines semaines

QUÉBEC — Le premier ministre du Québec, François Legault, souhaite que les provinces règlent avec Ottawa le dossier des transferts en santé au plus vite, dans les prochaines semaines. 

M. Legault a souligné en point de presse mercredi que le Québec et l’Ontario étaient prêts à partager les données sur leurs réseaux de la santé avec le gouvernement fédéral de Justin Trudeau.   

Ce dernier exige depuis un bon moment que les provinces et les territoires s’entendent sur un partage national des données dans le but d’améliorer les résultats pour les patients.

«(Le premier ministre de l’Ontario) Doug Ford et moi, on est d’accord pour fournir les données. C’est deux provinces. Deux grosses», a déclaré M. Legault. 

«Est-ce que les autres provinces vont accepter de donner autant de données que nous? J’écoute (le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves) Duclos, M. Trudeau, et c’est à eux autres de négocier.» 

Interrogé à savoir s’il irait jusqu’à briser le front commun des provinces afin que le Québec obtienne une hausse de son financement, M. Legault a répondu par la négative.

«On souhaite garder le front commun parce que ça nous a bien servi et ça devrait bien nous servir à l’avenir», a-t-il affirmé. Il a dit souhaiter la tenue d’une rencontre à la mi-février pour qu’enfin, l’entente soit scellée.

«Pourquoi c’est important que ce soit dans les prochaines semaines? Pour que le gouvernement fédéral inscrive dans son budget du mois de mars ou avril une augmentation des transferts en santé», a insisté M. Legault.

De passage à Shawinigan mercredi, M. Trudeau a dit percevoir un «momentum» dans les négociations avec les provinces sur la hausse des transferts en santé.

«Il reste encore du travail à faire, mais on sent qu’il y a un momentum très positif», a-t-il déclaré.

«Soyons très clairs, les investissements dont on est en train de parler avec le fédéral (…) sont pour assurer le moyen terme, le long terme de l’amélioration de nos systèmes de santé», a-t-il ajouté.

Déjà, le mois dernier, après une rencontre avec Justin Trudeau, François Legault s’était dit plus optimiste sur la possibilité de conclure un accord sur le financement des soins de santé.

Les premiers ministres de tout le pays réclament depuis longtemps que le Transfert canadien en matière de santé puisse couvrir 35 % des coûts des soins fournis, alors que la proportion actuelle ne s’élève qu’à 22 %. 

Dans le passé, les premiers ministres des provinces et des territoires avaient annoncé à l’unisson qu’ils ne voulaient aucune condition attachée au financement supplémentaire.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.