Transmissions de données médicales aux pharmaceutiques: Legault doit dire non

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault doit stopper le projet de transmettre les données médicales des Québécois aux entreprises pharmaceutiques.

C’est ce qu’a demandé Québec solidaire (QS) vendredi au lendemain de révélations étonnantes du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

En commission parlementaire jeudi, il a laissé entendre qu’un projet de transmettre ces données confidentielles était en cours d’étude, en vue d’attirer des entreprises pharmaceutiques au Québec. Ce serait même la stratégie du gouvernement.

«Les données de la RAMQ (Régie de l’assurance maladie du Québec), c’est une mine d’or, avait-il dit. Le jour où on sera à l’aise de donner l’accès à nos données médicales aux compagnies pharmaceutiques qui vont venir dans nos hôpitaux universitaires, qui sont très performants, ce sera ‘winner’.»

«Ces propos-là donnent la chair de poule, c’est un délire de businessman déconnecté», a déclaré le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, en conférence de presse à l’Assemblée nationale.

«C’est clair dans ma tête: dangereux, le monsieur, dangereux», a pour sa part commenté le député péquiste de Rimouski, Harold LeBel, lui aussi en conférence de presse en matinée. Le Parti québécois (PQ) s’oppose à ce que les renseignements personnels soient ainsi donnés à des sociétés pharmaceutiques.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, avait quant à lui plutôt fermé la porte au projet et QS réclame donc que le premier ministre mette les choses au clair afin d’enterrer ce projet une fois pour toutes.

«C’est au premier ministre du Québec à intervenir, à clarifier la situation et à trancher la question. François Legault doit donner des réponses aux Québécois et aux Québécoises. Et il doit surtout demander à Pierre Fitzgibbon de prendre le dossier sur son bureau, qui parle de transmettre les données des Québécois aux ‘Big Pharma’, puis fermer ce dossier-là au plus vite.»

QS avait également fait ressortir que 17 lobbyistes de General Electric s’activent depuis avril dernier auprès du gouvernement en matière de santé et d’intelligence artificielle, concernant «l’utilisation et le partage des données afin d’accélérer l’innovation et le développement d’algorithmes d’intelligence artificielle pour le Québec».

Laisser un commentaire
Les plus populaires