Travail des jeunes: Boulet veut «la législation la plus moderne»

MONTRÉAL — Alors que le travail des jeunes s’est généralisé, à cause de la rareté de main-d’oeuvre, le ministre sortant du Travail et de l’Emploi, Jean Boulet, n’exclut pas de légiférer en la matière, si la Coalition avenir Québec est reportée au pouvoir.

Le candidat de la CAQ et ministre sortant dit souhaiter que le Québec ait «la législation la plus moderne et la plus adéquate pour protéger les enfants» dans le domaine du travail.

Le candidat dans Trois-Rivières a participé, lundi à Montréal, à un débat sur la pénurie de main-d’oeuvre avec quatre autres candidats du Parti libéral, du Parti québécois, de Québec solidaire et du Parti conservateur.

Des gens y ont rapporté avoir vu des jeunes de 12, 13 ans travailler ou se faire offrir un emploi, vu la rareté de main-d’oeuvre.

Le ministre a rappelé qu’il existe des règles et des normes touchant le travail des jeunes qui sont à l’âge d’être aux études.

Interrogé après le débat, M. Boulet a dit avoir reçu un rapport du comité consultatif du travail et de la main-d’oeuvre sur la question et avoir l’intention de poursuivre la consultation s’il est élu et reprend ses fonctions.

Et il «n’exclut pas» non plus d’adopter une législation sur la question si besoin est.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.