Traverses maritimes: la STQ annonce des hausses tarifaires pour le 1er avril

QUÉBEC — La Société des traversiers du Québec (STQ) procédera à l’ajustement annuel de ses tarifs le 1er avril dans ses traverses tarifées. 

Le taux d’inflation calculé par le ministère des Finances du Québec sera appliqué sur les tarifs de base; il se situe cette année à 1,26 %.   

Les traverses tarifées de la STQ sont celles de Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola, Québec-Lévis, Matane-Baie-Comeau-Godbout, l’Île-Verte et l’île d’Entrée-Cap-aux-Meules. Les tarifs de base encadrés sont les passages unitaires, tant pour les piétons et les cyclistes que pour les automobilistes.   

À Québec, Sorel-Tracy et Matane, l’ajustement du tarif sera à 2 % ou moins. Le produit «Auto seule», offert à Québec et Sorel-Tracy, sera quant à lui majoré de 0,50 $. Le tarif «hors pointe» sera retiré de la grille à la traverse de Québec.  

La Société des traversiers du Québec a été éprouvée depuis quelques années par une longue liste d’ennuis qui ont provoqué une multitude de bris de services qui ont soulevé l’ire de la population, des gens d’affaires, des transporteurs routiers et des élus régionaux sur la Côte-Nord et dans le Bas-Saint-Laurent.   

Le traversier NM F.-A.-Gauthier, qui assure l’important service à la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout, a dû subir l’automne dernier des réparations qui ont duré plusieurs semaines. 

Ce navire avait été éprouvé par de nombreux problèmes depuis sa mise en service en 2015, notamment en 2018 lorsqu’on a dû le retirer du fleuve Saint-Laurent pendant 13 mois.  

En octobre dernier, la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, a blâmé la Société des traversiers du Québec pour le cafouillage majeur entourant l’acquisition du NM F.-A.-Gauthier, une saga faite d’une série de mauvaises décisions qui, en plus d’entraîner une cascade de bris de service, a coûté aux contribuables des centaines de millions de dollars.   

À cause des ennuis du F.-A.-Gauthier, la STQ avait acquis un autre navire, l’Apollo, payé 2 millions $ sans inspection; à deux reprises, il frappé le quai de Godbout, avant d’être retiré après un mois de service. La saga Apollo aura coûté aux contribuables plus de 5 millions $.   

Face à l’obligation de remplacer l’Apollo, la STQ a acquis le navire Saaremaa, au coût de 43 millions $ qui a lui aussi provoqué un bris de service en heurtant le quai de Godbout deux fois.

Laisser un commentaire