Trois femmes accusées d’avoir battu un gardien de sécurité à l’aéroport JFK

NEW YORK — Trois femmes font face à des accusations aux États-Unis après avoir apparemment attaqué un agent de sécurité qui tentait de les empêcher d’embarquer sur un vol à l’aéroport John F. Kennedy de New York, en septembre, en raison de ce que les procureurs considèrent comme un comportement problématique, y compris un refus de porter un masque correctement.

Les trois femmes ont été libérées moyennant une caution de 25 000 $ chacune après avoir été interpellées jeudi devant un tribunal fédéral de Brooklyn. Des messages ont été envoyés vendredi matin à leurs avocats.

Les procureurs ont déclaré dans des documents judiciaires que les femmes tentaient de monter à bord d’un vol de Delta Air Lines à destination de San Juan, Porto Rico, le 22 septembre. Elles avaient commandé un total d’environ neuf boissons alcoolisées en quatre heures dans les bars de l’aéroport en attendant un départ, qui avait été retardé, selon les procureurs.

Lorsque les trois sont arrivées à la porte d’embarquement, l’équipage a décidé qu’elles ne devraient pas être autorisées dans l’avion parce qu’elles agissaient de manière belliqueuse, que l’une ne portait pas son masque comme l’exige la réglementation fédérale, et qu’une autre semblait désorientée et avait du mal à marcher, ont mentionné les procureurs.

Un agent de sécurité de Delta et un agent d’embarquement se sont approchés des femmes et leur ont demandé de partir, disant qu’elles pourraient prendre un vol plus tard dans la journée, selon les documents judiciaires des procureurs.

Ils ont raconté que les femmes avaient refusé, que l’une d’elles avait frappé l’agent de sécurité à la tête avec sa radio bidirectionnelle, qu’une autre avait frappé l’agent d’embarquement au visage lorsqu’il a tenté d’intervenir, et que la troisième avait marché sur le visage de l’agent de sécurité après qu’il est tombé au sol. L’équipage a finalement tiré l’agent derrière des portes et les a maintenues fermées pendant que les femmes s’en prenaient à l’équipage, selon les procureurs.

L’agent d’embarquement et l’agent de sécurité ont été emmenés à l’hôpital et n’ont pas repris le travail.

«Les comportements extrêmes et agressifs liés aux voyages en avion sont hors de contrôle», a déclaré le procureur américain de Brooklyn, Breon Peace, dans un communiqué.

Les compagnies aériennes ont signalé plus de 5000 épisodes impliquant des passagers indisciplinés l’année dernière, dont plus de 3600 cas de personnes qui auraient refusé de porter un masque comme requis.

Les compagnies aériennes et leurs syndicats de travailleurs ont poussé les autorités à être plus agressives en matière de poursuites pénales dans les cas graves de rage aérienne.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.