Trois nouveaux cas de COVID-19 à l’Île-du-Prince-Édouard

CHARLOTTETOWN — L’Île-du-Prince-Édouard, qui a été relativement épargnée par la COVID-19 jusqu’ici, signalait mardi trois nouveaux cas.

La docteure Heather Morrison, administratrice en chef de la santé publique, a précisé que cette nouvelle éclosion touchait trois travailleurs essentiels, mais pas du secteur de la santé. Les deux hommes dans la trentaine et un autre dans la quarantaine sont du même secteur, a-t-elle dit, sans donner plus de détails.

Mme Morrison a indiqué que ces trois hommes étaient arrivés dans l’île le 5 août et qu’ils sont en quarantaine depuis. Elle prévient d’ailleurs les passagers du vol 626 Toronto-Halifax d’Air Canada le 5 août qu’ils ont peut-être été exposés au virus et devraient être à l’affut des symptômes.

La docteure Morrison précise par ailleurs que ces trois nouveaux cas ne sont pas liés à cinq autres annoncés la semaine dernière, ni à la Première Ligue canadienne de soccer, qui joue ses matches à Charlottetown, en stade vide, depuis le 13 août. 

Ces trois nouvelles infections portent le nombre total de cas signalés depuis mars dans l’île à 44, dont 40 sont maintenant considérés comme guéris. L’Île-du-Prince-Édouard n’a connu aucun décès ni hospitalisation liés à la COVID-19 depuis le début de l’épidémie au Canada.

La docteure Morrison a par ailleurs augmenté mardi les limites des rassemblements publics à 150 personnes. Jusqu’à trois cohortes de 50 personnes pourront maintenant se rassembler s’il existe un plan approuvé de distanciation physique. «Cette augmentation permet à plus de gens d’assister à des services religieux, à des concerts ou à des événements sportifs, notamment», a-t-elle déclaré. Le chant sera également autorisé lors de ces événements si les interprètes restent à une distance de deux mètres des autres — et s’ils portent un masque.

La santé publique de l’Île-du-Prince-Édouard espère assouplir au début d’octobre les mesures sanitaires pour établir une «nouvelle norme» qui serait en vigueur jusqu’à ce que les insulaires aient accès à un vaccin efficace. Cette «nouvelle norme» prévoirait notamment moins de restrictions sur les activités sportives et récréatives, ainsi qu’un plus grand nombre de clients dans les restaurants.

La «bulle atlantique», par contre, restera pour l’instant fermée au reste du pays, a prévenu mardi la docteure Morrison. Cette «bulle» permet aux résidents des quatre provinces de l’Atlantique d’aller d’une province à l’autre sans devoir s’isoler pendant 14 jours après chaque déplacement.

Laisser un commentaire
Les plus populaires