Trop tôt pour prédire des inondations printanières au Nouveau-Brunswick

FREDERICTON — Les responsables de la sécurité publique au Nouveau-Brunswick estiment que les gens qui habitent en zones inondables devraient être prêts à une crue des eaux, mais ils admettent qu’il est trop tôt pour prédire d’éventuelles crues printanières cette année.

Le gouvernement a lancé lundi son programme annuel de «Surveillance des cours d’eau». Les autorités affirment qu’il y a toujours un risque d’inondation le long du fleuve Saint-Jean cette année, mais qu’il est difficile d’avancer une prévision.

La météorologue Jill Maepea a rappelé lundi que le couvert de neige dans le bassin hydrographique supérieur du fleuve Saint-Jean est actuellement plus important d’environ 20 % à la moyenne saisonnière.

Mais Jasmin Boisvert, spécialiste des sciences de l’eau au ministère de l’Environnement, rappelle que les facteurs les plus importants à surveiller sont les températures quotidiennes et les précipitations à venir. «La quantité de neige n’est pas un bon indicateur des inondations», a-t-il dit.

Greg MacCallum, directeur de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick, a rappelé lundi que les citoyens devraient être préparés, notamment en contractant une assurance contre les inondations. «Le fleuve est toujours gelé. Les affluents sont toujours gelés. Nous avons encore du chemin à faire», a-t-il dit.

Le Nouveau-Brunswick a connu un certain nombre d’années d’inondations record qui ont endommagé des maisons et des chalets et causé la fermeture temporaire d’un tronçon de la Transcanadienne.

Le site internet annuel de Surveillance des cours d’eau est maintenant en ligne à l’adresse https://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/nouvelles/alerte/SurveillanceDesCoursDEau.html.

 

Les plus populaires