Trudeau admet des retards dans la PCU de septembre, à cause de la prolongation

OTTAWA — Justin Trudeau a admis jeudi qu’il y avait eu des retards dans la livraison de certains chèques de prestation d’urgence ce mois-ci.

En entrevue à une station de radio de Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, le premier ministre a imputé ces retards à la prolongation récemment annoncée des programmes de soutien pour les victimes économiques de la pandémie. «Il peut y avoir quelques petits problèmes, mais nous avons dit dès le début que nous serions là pour les Canadiens et que nous continuerons d’être là pour eux», a-t-il assuré.

La Prestation canadienne d’urgence (PCU), qui verse jusqu’à 500 $ par semaine à ceux qui ont perdu leur emploi ou des heures de travail, devait expirer à la fin du mois d’août. Mais il y a deux semaines, les libéraux l’ont prolongée de quatre semaines, en promettant aux bénéficiaires une transition vers un autre programme. Or, certains bénéficiaires qui ont demandé la prestation de septembre ne l’ont pas encore reçue.

M. Trudeau effectuait jeudi une «tournée virtuelle» du Canada atlantique, après l’avoir fait la veille en Colombie-Britannique. Le premier ministre doit dévoiler le 23 septembre, dans un discours du Trône, ce qu’il présente déjà comme un «plan de relance économique audacieux». Ce discours du Trône sera soumis à un vote de confiance aux Communes, ce qui pourrait faire tomber le gouvernement libéral minoritaire, élu en octobre 2019.

Avec la possibilité d’un scrutin à l’automne, ces tournées virtuelles du pays revêtent donc un caractère hautement politique. Des députés libéraux ont d’ailleurs accompagné le premier ministre lors de visites virtuelles d’entreprises qui ont bénéficié de programmes fédéraux pour garder la tête hors de l’eau pendant la pandémie.

M. Trudeau s’est par ailleurs entretenu jeudi avec le nouveau premier ministre libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey. À la suite de cet entretien, les deux hommes ont annoncé que cette province se joindrait à l’Ontario et commencerait à utiliser l’application fédérale «Alerte COVID».

Le premier ministre Trudeau a ensuite discuté, en ligne, avec le propriétaire et les employés de Louisbourg Seafoods, en Nouvelle-Écosse, qui a utilisé la Subvention salariale d’urgence afin de poursuivre ses activités pendant la pandémie.

M. Trudeau a également fait une «visite virtuelle» dans la péninsule acadienne, à la Distillerie Fils du roy, de Petit-Paquetville, au Nouveau-Brunswick. La distillerie est passée ce printemps de la production de spiritueux à la fabrication d’un désinfectant pour les mains, avec l’aide d’un programme fédéral de prêts d’urgence.

M. Trudeau utilise normalement la pause estivale aux Communes pour sortir de la bulle d’Ottawa et parcourir le pays afin de rencontrer des dirigeants locaux et des électeurs. La pandémie de COVID-19 a mis un frein à ces tournées du premier ministre, comme d’ailleurs celles des autres chefs de partis.

Laisser un commentaire
Les plus populaires